Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Opération "Coup de pouce" aux entreprises d'économie sociale à Charleroi"

05-06-2001 Alter Échos n° 99

L’échevin du 3e âge, de l’Emploi et de l’Économie sociale de la Ville de Charleroi, Léon Casaert, a présenté le 21 mai 2001 son programmeen matière d’économie sociale pour les mois à venir. Selon M. Casaert, « la politique communale se veut être une plaque tournante autour de l’économiesociale, un relais et un centre d’informations tant pour les clients que pour les créateurs ou futurs créateurs de ces entreprises ». Et la commune tient manifestement àmontrer le bon exemple : ainsi, l’entreprise Caddiligence livre aux agents communaux des produits alimentaires.
Nouveau répertoire
Parmi les premières réalisations, on compte la sortie de presse du nouvel inventaire des services et produits de l’économie sociale carolorégienne1. À noterquelques changements par rapport à l’édition précédente : un classement par ordre alphabétique, une table des activités par secteur et une ouvertureaux entreprises d’économie sociale hors entité de Charleroi.
Journées découverte
Autre initiative à l’actif de l’échevinat : l’organisation de journées découvertes d’entreprises du secteur, avec visite de lasociété APRI de Montignies-sur-Sambre, Entra à Heppignies, visite et déjeuner au Levain de Châtelet, la Ferme Bocace à Marchienne, le site de MonceauFontaiNES (le Germoir, Quelque chose à faire, SAW, ACES et l’AID de Soleilmont). Plusieurs journées ont déjà eu lieu, d’autres sont prévues (pour lesdates s’adresser à la Maison de l’Économie sociale). L’an prochain d’autres circuits seront mis sur pied. Un concours devrait également permettre aupublic de connaître les activités d’économie sociale à Charleroi.
Opération « Coup de pouce »
En collaboration avec ACES, Archipel, Carolidaire, Mirec 21, SAW et le sponsoring de Cockerill-Sambre, l’échevinat lance l’opération « Coup de pouce » qui permettra deconcrétiser des projets novateurs en économie sociale en offrant aux candidats sélectionnés une aide financière de démarrage pour leur entreprise2.Carolidaire3 aidera à la mise de fond ; cette opération s’adresse plus spécialement aux candidats entrepreneurs demandeurs d’emploi ou minimexés. Cette actionpourrait se renouveler chaque année selon le succès engrangé cette année.
Autre initiative : le Salon de l’économie sociale organisé par la Ville de Charleroi, il se déroulera le 22 septembre aux Palais des Expositions. Outre lessociétés carolorégiennes, l’espace sera ouvert aux autres entreprises du secteur en région wallonne ainsi qu’à quelques entreprisesétrangères (on parle de l’Espagne, l’Italie et la France via les contacts avec la Mirec).
À la recherche de débouchés
Un questionnaire sur les besoins des entreprises d’économie sociale de Charleroi circule actuellement. Objectif ? Rechercher des débouchés de marchés auprèsdes entreprises publiques ou privées locales. Au terme de l’analyse des réponses, un plan d’action sera lancé.
Selon une autre enquête menée par des personnes indépendantes, il apparaît que les entreprises sont en demande de services qu’elles ne peuvent ou ne veulent pasassumer elles-mêmes. Cela devrait rapidement donner de nouvelles potentialités d’action dans le domaine de l’économie sociale.
Sur le plateau de Charleroi, l’échevin cite le nombre ± 1.000 personnes occupées dans le secteur de l’économie sociale, réparties sur 47entreprises.
Concurrence déloyale ?
Léon Casaert en a profité pour annoncer qu’une société anonyme à finalité sociale venait de voir le jour à Charleroi, il s’agit de la SADigitline de Mont-sur-Marchienne ; « les anciens travailleurs ont recréé cette société selon la même activité avec l’établissement d’un pland’affaires à trois ans avec les mêmes règles que toutes autres sociétés commerciales », a-t-il expliqué afin de répondre aux questions desjournalistes sur la concurrence déloyale qu’on attribue souvent aux entreprises d’économie sociale. Et d’insister : « La formation de personnes fragiliséesamène sur le secteur du personnel qualifié, par exemple des maçons et autres qualifications du bâtiment. D’autre part, les subsides servent à couvrir la part »formation » des entreprises d’économie sociale. Les activités sont complémentaires au secteur et dans de nombreux cas les entreprises du bâtiment font appel auxsociétés d’économie sociale pour leur sous-traiter des tâches bien définies. »
1 Ce nouvel inventaire est disponible gratuitement auprès de la Maison de l’économie sociale, rue Tumelaire 21-23 à 6000 Charleroi, en téléphonant aunuméro vert : 0800 96 252, site : http://www.ecosoc-charleroi.com, e-mail : maisoneconosoc@hotmail.com
2 Coup de pouce aux porteurs de projets (asbl ou Société à finalité sociale) en économie sociale, une conférence est organisée à ce sujet le 21juin 2001 de 12 h 30 à 14 h 00 à Liège, rue des Steppes, 28, inscription on-line sur le site : http://www.econosoc.org
3 Carolidaire, bd Mayence, 1 à 6000 Charleroi, tél. : 071 20 28 11.

Agence Alter

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)