Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Dossier

Microstart : exilés, endettés, mais entrepreneurs

« Entreprendre sans frontières ». C’est le nom d’un projet de Microstart qui aide réfugiés et migrants à monter leur entreprise, grâce à de petits prêts et à un accompagnement sur mesure. Rencontres avec Siwar Belal et Antonio Wilson, qui, tous deux, tentent l’aventure.  

«Entreprendre sans frontières.» C’est le nom d’un projet de Microstart qui aide réfugiés et migrants à monter leur entreprise, grâce à de petits prêts et à un accompagnement sur mesure. Rencontres avec Siwar Belal et Antonio Wilson, qui, tous deux, tentent l’aventure.

France – Belgique: 1 – 0. Une blessure béante. Pas pour Siwar Belal. En cette chaude soirée de juillet 2018, Siwar, réfugié kurde de Syrie, se balade dans les rues d’Aix-la-Chapelle, en Allemagne. Accompagné du cousin de sa femme, il cherche un endroit pour regarder le match.

Après quelques minutes d’errance, le duo jette son dévolu sur l’un des nombreux bars à chicha du centre-ville; et c’est le déclic. «On s’est dit qu’il fallait vraiment ouvrir quelque chose de semblable. Surtout qu’à Louvain et dans tout le Brabant flamand, il n’y a presque pas de lieux comme ça», raconte Siwar Belal. Six mois plus tard, le 2 février 2019, le Venus Lounge ouvre rue de Bruxelles, à Louvain. L’établissement est immense – près de 400 mètres carrés – et possède plusieurs salles consacrées aux narguilés, ainsi que des billards et un bar rempli à ras bord. Un rap français bien gras grésille dans les enceintes. «Notre bar est fourni en boissons non alcoolisées et alcoolisées», clame Siwar, qui a ouvert le lieu avec un partenaire... le fameux cousin d’Aix-la-Chapelle.

Le parcours de Siwar Belal en Belgique est assez fulguran...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)