Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Mendicité à Namur, la chasse est ouverte

Depuis 1993, la mendicité et le vagabondage ne sont plus des délits en Belgique. Pourtant, le Conseil communal namurois a voté ce jeudi 26 juin un règlement bannissant la mendicité dans la quasi-totalité du centre de la ville, de Jambes et de Salzinnes. Un mouvement qui dépasse largement le contexte belgo-belge puisque la Norvège a approuvé il y a peu une proposition de loi permettant aux municipalités de bannir les clochards de la rue.

27-06-2014
En France, des arrêtés municipaux permettent de réprimer plusieurs formes de mendicité. Une disposition légale dont nombre de communes ont déjà fait usage. Flickr cc marcovdz

Depuis 1993, la mendicité et le vagabondage ne sont plus des délits en Belgique. Pourtant, le Conseil communal namurois a voté ce jeudi 26 juin un règlement bannissant la mendicité dans la quasi-totalité du centre de la ville, de Jambes et de Salzinnes.

« En s’attaquant à la mendicité sans distinction ne risque-t-on pas de déplacer les personnes pratiquant cette activité vers des communes ou des quartiers moins équipés en services et associations qui accompagnent, soignent et aident ces personnes ?, a réagi Philippe Defeyt (Ecolo). Cela risque aussi de compliquer le travail des équipes de terrain, je pense en particulier aux ‘maraudes’ des infirmiers de rue du relais santé. » Les dispositions existantes, ajoute aussi le président du CPAS namurois, permettent déjà de lutter contre les « formes de mendicité agressive ou résultant de la traite des être humains ».

Après Liège, Etterbeek, Charleroi (Lire notre article « Pas de manche le dimanche à Charleroi ») ou encore Anvers, c’est le tour de Namur. Les grandes villes belges sont-elles en train de généraliser une grande chasse à ces sans-abri qui font tache dans le paysage ? Qui sera la prochaine commune sur la liste ?

Ce mouvement dépasse largement le contexte belgo-belge. Après dix ans ans d’une politique de tolérance, le parlement norvégien a approuvé il y a une dizaine de jours une proposition de loi permettant aux municipalités de bannir les clochards de la rue à partir de l’été 2014. Et le gouvernement serait en train de préparer un autre projet de loi, de portée nationale, interdisant la mendicité à partir de 2015. La manche était pourtant autorisée dans ce pays depuis 2005. « A l’époque, l’exécutif estimait qu’il valait mieux avoir recours à la politique sociale qu’au droit pénal pour éradiquer la mendicité », peut-on lire dans le Courrier international du 17 juin 2014. La question est revenue au centre des débat, souligne cet article, à la suite de l’arrivée, de plus en plus massive, de Roms à Oslo.

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)