Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Manger, à quel prix ? La FRAC contre-attaque

Que faire pour contrer les zombies transgéniques? Comment construire des fusils lance-carottes? Comment utiliser un patator? Autant de questions cruciales à se poser lorsque la fin du monde sera à nos portes et que les ressources de la planète seront définitivement épuisées. La FRAC, Force Radiophonique pour un Avenir Comestible, vous propose d’ores et déjà d’y réfléchir…

21-08-2015
© FRAC

Que faire pour contrer les zombies transgéniques ? Comment construire des fusils lance-carottes ? Comment utiliser un patator ? Autant de questions cruciales à se poser lorsque la fin du monde sera à nos portes et que les ressources de la planète seront définitivement épuisées. La FRAC, Force Radiophonique pour un Avenir Comestible, vous propose d’ores et déjà d’y réfléchir…

Création multiforme, la FRAC – Force Radiophonique pour un Avenir Comestible – est un dispositif imaginé par deux compagnies de théâtre de rue : la Zoé Cie et la Compagnie Lune et l’autre. Il s’agit tout à la fois de théâtre, de radio, de cinéma et de débat.

Derrière le concept se cache un parti pris assumé, inspiré entre autres de la pièce de théâtre Nourrir l’humanité, c’est un métier : une agriculture à grande échelle est inévitable, mais elle doit respecter le paysan et les ressources de la terre. Pour contrer la pénibilité du labeur, une certaine mécanisation reste nécessaire mais pas une industrialisation. Face à l’absurdité de certains choix, la FRAC se pose une question vitale : qu’attend-on pour réagir ? Les alternatives à une consommation de masse existent mais les gens doivent les investir. Se responsabiliser.

Une force de frappe made in FRAC 

Abrité dans une camionnette, le studio radio mobile de la FRAC prend ses quartiers et se déploie dans l’espace public. La formule à présent rodée est tout terrain. Elle résiste même à la pluie, c’est dire, et repose sur deux à quatre personnes en tournée.

À l’écoute sur radio FRAC : des témoignages d’agriculteurs, des capsules de création, de la musique et puis un temps de micro ouvert, où les membres de l’assistance peuvent s’exprimer ou témoigner de manière libre et spontanée sur les questions d’alimentation et de développement durable.

Le programme comprend aussi une émission spéciale, animée par trois personnages qui forment la chorale d’une pièce radiophonique. Qui sont-ils ? Les nièces et le neveu d’un éleveur de poulets de la province de Liège qui s’est pendu, brisé par les nécessités de production d’un élevage intensif. Cette histoire est basée sur un fait divers, la fiction rejoignant ainsi la réalité. L’occasion pour les personnages de revenir sur l’évolution de l’agriculture depuis 60 ans. Au cours de cette période, un saut d’échelle radical a opéré : de locale, l’agriculture est devenue mondiale. Avec la naissance de la PAC, la Politique Agricole Commune en Europe, les exigences de production ont évolué en lien avec le principe de souveraineté alimentaire. La PAC  n’est pas « diabolique » en soi mais elle comporte un revers, celui d’industrialiser des éléments de l’ordre du vivant. Les normes sanitaires extrêmes mettent les agriculteurs sous pression. Le changement régulier de ces normes les pousse à sans cesse s’adapter. La FRAC nous dépeint un système qui se mord la queue et qui va droit dans le mur. Avec des cadences de production qui tiennent de la machine folle.

La faim du monde comme toile de fond & la radio pirate

Pour choisir le thème de l’émission spéciale, les comédiens se sont aussi inspirés du mouvement survivaliste illustré dans certaines séries TV américaines. Sauf qu’ils poussent l’expression encore plus loin. Pour eux, l’humanité a fini par se le prendre, le mur. De là, les personnages imaginent et proposent des alternatives pour survivre dans cette situation extrême, comme les stratégies anti-zombies transgéniques et le patator.

Parmi ces pistes imaginatives, l’alternative finale consiste en un acte de désobéissance civile, acte jugé nécessaire en temps de crise. Dans ce cas de figure, il s’agit de pirater les ondes de radios à grande écoute pour crier des messages interpellant le plus grand nombre.

 La FRAC, un outil dont il faut s’emparer

En tant que formule clé sur porte, la FRAC ne demande qu’à être utilisée par les associations qui travaillent les matières environnementales, entre autres. Ses créateurs ont construit un outil artistique et poétique. Libre à qui veut de s’en emparer.

La FRAC est un caméléon détonnant, qui se fond dans tous les décors, une proposition vivante, participative et tout public.

La FRAC frappe. Ouvrons-lui la porte avant qu’il ne soit trop tard.

Nous sommes fin 2013. L’idée d’une FRAC – Force Radiophonique pour un Avenir Comestible – émerge dans l’esprit d’Alex. Son passage par le projet GASAP du Début des Haricots le confronte à différentes formes de communication et de sensibilisation autour de l’alimentation, de l’environnement au sens large. Il voit des stands qu’il juge plutôt passifs, il lit des messages parfois cocasses et maladroits. Alex mûrit son rêve d’un stand ludique et participatif. Il en revient à sa formation première, celle de comédien, et contacte ses amis d’une compagnie de théâtre de rue. Ensemble, ils élaborent progressivement l’idée d’une « forme autre », qui ferait réfléchir les gens tout en les amusant.

Pour mettre en place leur dispositif, Alex et ses acolytes partent à la rencontre d’agriculteurs dont ils récoltent des témoignages. Ils s’adressent aussi au monde universitaire, en passant notamment par la faculté d’agronomie de l’Université de Liège. Leur volonté est de croiser les regards pour se faire leur propre opinion. Ils opèrent une réflexion sur la forme que prendrait leur proposition et en arrivent au cinéma drive-in à l’américaine. Un cinéma à ciel ouvert où les spectateurs branchent le poste radio de leur automobile sur la fréquence ad hoc pour écouter le film. Ils pensent à un émetteur, à faire de la radio. Pendant un an, des essais se font en résidence…

En savoir plus

En guise d’amuse-bouche auditif : https://soundcloud.com/la_f-r-a-c/frac-radio-01-05

Toutes les infos sur www.frac.be

À lire aussi, notre dossier agriculture : « Qui osera être agriculteur demain ? »

Marie-Eve Merckx

Marie-Eve Merckx

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)