Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Logements sociaux : au-delà de la rénovation, l’entretien régulier

Ce 25 septembre, au Parlement wallon1, une interpellation et deux questions orales ont porté sur le programme exceptionnel de rénovation des logements sociaux adopté le 3juillet dernier. Le député Philippe Fontaine (MR) a interpellé le ministre du Logement, Michel Daerden, sur le financement du programme et son coût global. Pour lui, il estimportant de déterminer les causes de la situation actuelle, « sinon rien n’empêchera une telle situation de se reproduire à l’avenir ». Ledéputé estime qu’« entretenir quotidiennement un immeuble est moins onéreux que des grands programmes de rénovation ». Il attribue la carence dessociétés de logement en la matière à « une gestion déficiente ou peu adaptée » et à « un déficit structurel en termes demoyens financiers ». Aussi suggère-t-il de « prévoir un plan d’entretien à long terme ainsi que son financement ».

28-07-2005 Alter Échos n° 150

Ce 25 septembre, au Parlement wallon1, une interpellation et deux questions orales ont porté sur le programme exceptionnel de rénovation des logements sociaux adopté le 3juillet dernier. Le député Philippe Fontaine (MR) a interpellé le ministre du Logement, Michel Daerden, sur le financement du programme et son coût global. Pour lui, il estimportant de déterminer les causes de la situation actuelle, « sinon rien n’empêchera une telle situation de se reproduire à l’avenir ». Ledéputé estime qu’« entretenir quotidiennement un immeuble est moins onéreux que des grands programmes de rénovation ». Il attribue la carence dessociétés de logement en la matière à « une gestion déficiente ou peu adaptée » et à « un déficit structurel en termes demoyens financiers ». Aussi suggère-t-il de « prévoir un plan d’entretien à long terme ainsi que son financement ».

« Nous pourrions nous inspirer de l’expérience (ndlr : française) de “l’Effort Remois”2, société de logements sociaux comportant environ20 000 logements, propose le député MR. Elle dispose d’un carnet d’entretien très complet. Elle est capable de dire quels travaux précis elle devraentreprendre et donc financer dans 6 mois, 1 an ou 12 ans. »

La députée Monique Vlaminck (Ecolo) partage ces préoccupations. Le vaste programme de rénovation ne peut écarter un débat sur les raisons qui ont conduità cette situation. Elle rappelle ses inquiétudes concernant les défauts de gestion de certaines sociétés locales. Elle évoque aussi « la croissanceexponentielle des retards, voire des loyers impayés, ainsi que la diminution inquiétante des ménages susceptibles de payer le loyer minimum. » Elle demande au ministre siles causes ont été analysées et par lui et par la Société wallonne du logement (SWL). La députée pose aussi la question de l’entretien deslogements sociaux et de son financement, une fois les travaux de rénovation terminés. Elle soulève encore d’autres questions : Quelles solutions seront prises pour les 76000 autres logements non concernés par le plan de rénovation ?
N’existe-t-il pas un risque de voir certains articles budgétaires détournés au profit de ce plan ?

Obligation pour les SLSP de créer une réserve pour l’entretien des logements

Pour Jacques Etienne (CDH) aussi, « la question de l’entretien constant et de la création de nouveaux logements reste entière. La Région wallonne devraitidéalement pouvoir augmenter son offre de logements sociaux de 40 % pour satisfaire les 40 000 candidatures actuellement pendantes. » Il demande au gouvernement wallon deréfléchir à la possibilité « d’analyser l’octroi d’un complément-logement à toute personne ne pouvant, par ses propres moyens,satisfaire ses besoins légitimes en matière de logement. Ce complément pourrait être octroyé, lorsque le coût supporté dépasse le tiers dumontant du revenu d’intégration auquel il a droit. »

Face à ces questions, Michel Daerden répond que le programme de rénovation ne causera aucun préjudice aux engagements budgétaires pris par le gouvernementwallon. « En outre, ajoute-t-il, la création de nouveaux logements n’est pas préjudiciée par le programme. Les moyens consacrés à la création denouveaux logements restent inchangés. La poursuite du développement de l’offre de logements est dès lors assurée. » Concernant l’entretien : « Avecla volonté de pérenniser le parc à court, moyen et long termes, j’ai établi un projet de circulaire visant à obliger les sociétés de logementà créer une réserve pour l’entretien de leurs infrastructures. J’attends les propositions de la Société wallonne du logement pour le moisd’octobre. »

1. Parlement wallon, rue Notre-Dame, 1 à 5000 Namur, tél. : 081 23 10 36, site : http://parlement.wallonie.be

2. L’Effort Remois, rue Marie Stuart 7 à 51100 Reims, France, tél. : 00 33 (0)3 26 04 9811, fax : 00 33 (0)3 26 04 98 12,
site : http://www.effort-remois.com

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)