Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Limiter les risques de glisse du chômage vers le CPAS

Le phénomène de transfert entre le chômage et les CPAS est une réalité à laquelle les CPAS de la Région bruxelloise, à l’instar de ceuxdes autres Régions, sont confrontés depuis quelques années déjà. Ils avancent aujourd’hui quelques pistes.

11-12-2008 Alter Échos n° 264

Le phénomène de transfert entre le chômage et les CPAS est une réalité à laquelle les CPAS de la Région bruxelloise, à l’instar de ceuxdes autres Régions, sont confrontés depuis quelques années déjà. Ils avancent aujourd’hui quelques pistes.

La Conférence des présidents de CPAS bruxellois1 a procédé à une analyse des diverses demandes introduites à la suite d’une «sanction chômage de l’Onem » au cours de la période du 1er janvier au 30 juin 2008. Premier constat : en cas de suspension totale des allocations de chômage, ladurée de la sanction se situe en général entre 4 et 26 semaines. « Ceci ne permet pas au CPAS un réel travail social d’accompagnement, regrette Yvan Mayeur(PS), président de la conférence des CPAS bruxellois. Cette situation a le don d’engendrer un travail inutile pour le personnel du CPAS, par exemple amené àeffectuer des visites à domicile, sans déboucher sur un travail concret d’accompagnement social. Son intervention se limite dès lors à l’aide financièrependant la période de sanction. Or le CPAS a, avant tout, pour mission de veiller à l’insertion des personnes qu’il accompagne. Il n’est pas un outil de sanction.»

La Conférence met donc sur la table une proposition : la réduction des allocations de chômage à un montant au moins équivalent à celui du revenud’intégration sociale (type de sanction qui, actuellement, peut être appliquée, à certaines conditions, par l’Onem) plutôt qu’une suspension totaledu paiement. « Cela au moins pour les sanctions de courte durée, de façon à éviter un transfert vers les CPAS, sans réelle plus-value en termed’insertion socioprofessionnelle. »

« Les effets collatéraux »

Autre constat : le chômeur sanctionné ne se présente pas toujours directement au CPAS pour y introduire une demande d’aide, parce qu’il ignore qu’il peut enbénéficier ou en raison de la difficulté qu’il ressent à effectuer cette démarche… Durant ce laps de temps, les loyers, facturesd’énergie, paiement des frais fixes habituels du ménage ne sont parfois plus honorés. « Ceci peut engendrer une situation d’endettement telle qu’ellenécessite une intervention complémentaire du CPAS, explique Yvan Mayeur. Ce sont là les “Les effets collatéraux” des sanctions entraînant à leur tour,à terme, une augmentation des demandes d’aide auprès des CPAS. »

Par ailleurs, certains plans d’accompagnement individualisés des chômeurs et contrats qui en découlent seraient d’emblée voués àl’échec car ils ne tiennent nullement compte des spécificités médico-sociales de l’intéressé (sans abri, personne isolée avec enfants enbas âge à charge, personne ayant des problèmes physiques ou psychiques, etc.). Ces situations représentent 25 % des demandes d’aide introduites. Selon les CPAS, unerévision « à la baisse » des exigences formulées à l’égard de ces personnes serait vraisemblablement plus constructive qu’une sanctionentraînant l’intervention du CPAS.

Enfin, l’accès de l’Onem à la Banque Carrefour lui a permis de détecter certaines situations non-conformes (omission de déclaration d’unepériode de travail, de déclaration de composition exacte de ménage, etc.). Si ces « situations non-conformes » sont antérieures à l’annéeen cours, une sanction à « tarif réduit » peut être appliquée. « Toutefois, analyse la Conférence, le délai écoulé entre lefait non déclaré et la sanction est parfois très long : par exemple, une omission remontant à 2005 ! » Un effet de rattrapage qui entraîne également uneaugmentation importante des demandes d’aide introduites auprès des CPAS.

1. Conférence des 19 CPAS :
– adresse : rue Haute, 28 à 1000 Bruxelles
– secrétariat de la Conférence : tél. : 02 543 60 22.

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)