Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Les « Saveurs du monde » pour susciter les échanges culturels

Berek algérien, crêpes belges, harira marocain, kebe syrien et köfte turc : l’ouvrage Saveurs du monde compte 24 recettes authentiques, des photos, des anecdotes et despetites phrases entendues lors des rencontres culinaires à la maison de quartier Éclat de Rire1, dans le quartier de Sainte-Walburge à Liège. L’association organisedes cours d’alphabétisation pour quelque 30 femmes immigrées et belges du quartier et une aide scolaire (agrémentée d’ateliers théâtre, football,peinture…) pour 40 enfants âgés de 5 à 13 ans. La coordinatrice de l’asbl, Cécile Horris, explique que « le projet “Saveurs du Monde”s’appuie sur le constat que les femmes, belges ou étrangères, musulmanes ou orthodoxes, sont les chefs coqs dans toutes les cultures : nous avons voulu partir des saveurs de lacuisine pour susciter les échanges et le respect dans le quartier ». Les voisin(e)s des cuisinières et les instituteurs des écoles du quartier (Naniot, Xhovémont etJustin Bloom) ont ainsi été invités à partager les repas préparés en vue de réaliser l’ouvrage : « Ces rencontres ont permis de diminuerles préjugés des enseignants, poursuit Cécile Horris. Par ailleurs, les femmes immigrées sortent peu de chez elles et sont souvent mal à l’aise avec lesinconnus : les repas leur ont donné l’occasion de dialoguer avec l’instituteur de leur enfant ».

27-07-2005 Alter Échos n° 155

Berek algérien, crêpes belges, harira marocain, kebe syrien et köfte turc : l’ouvrage Saveurs du monde compte 24 recettes authentiques, des photos, des anecdotes et despetites phrases entendues lors des rencontres culinaires à la maison de quartier Éclat de Rire1, dans le quartier de Sainte-Walburge à Liège. L’association organisedes cours d’alphabétisation pour quelque 30 femmes immigrées et belges du quartier et une aide scolaire (agrémentée d’ateliers théâtre, football,peinture…) pour 40 enfants âgés de 5 à 13 ans. La coordinatrice de l’asbl, Cécile Horris, explique que « le projet “Saveurs du Monde”s’appuie sur le constat que les femmes, belges ou étrangères, musulmanes ou orthodoxes, sont les chefs coqs dans toutes les cultures : nous avons voulu partir des saveurs de lacuisine pour susciter les échanges et le respect dans le quartier ». Les voisin(e)s des cuisinières et les instituteurs des écoles du quartier (Naniot, Xhovémont etJustin Bloom) ont ainsi été invités à partager les repas préparés en vue de réaliser l’ouvrage : « Ces rencontres ont permis de diminuerles préjugés des ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)