Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Les jeunes « dessaisis » de Saint-Hubert enfermés dans l’ennui

Reportage au centre fermé de Saint-Hubert. Section dessaisis. Là où les mineurs sont considérés comme des majeurs.

27-04-2012 Alter Échos n° 336

Reportage au cœur de la section « dessaisis » du centre fermé pour jeunes de Saint-Hubert. Les mineurs qui y sont enfermés sont considérés comme majeurs. Une réponse controversée à la délinquance juvénile.
La section pour mineurs dessaisis du centre fermé pour jeunes de Saint-Hubert se résume à un couloir. Derrière une lourde porte métallique à barreaux, les treize cellules s'enchaînent. Chacune est équipée d'un petit lit, d'une télé, d'une petite radio et de toilettes. Ces chambres font neuf mètres carrés.Au fond du couloir, la salle de gym fait face à la cellule d'isolement. Espace anxiogène où trône un matelas miteux comme seul meuble. Le lieu de la sanction ultime. Dehors, des jeunes en chasuble verte échangent quelques mots au « préau ». Ils sont entourés de clôtures hautes de six mètres, surplombées de barbelés.Ce couloir est une exception en Belgique. Il ne faut pas le confondre avec les Institutions publiques de protection de la jeunesse (IPPJ) ni avec les trois autres sections du centre de Saint-Hubert. Dans ces sections « éducation », l'enfermement y est décidé par le juge de la jeunesse. Si le Fédéral s'occupe de la gestion sécuritaire du lieu, les aspects pédagogiques – organisés par l'Aide à la jeunesse – y sont encore très présents. Les sections « éducation » et la section « dessaisis » se situent à quelques mètres, mais constituent deux mondes totalement cloisonn...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)