Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Les ateliers vidéo, un plus pour les institutions psychiatriques

Dans le domaine de la santé mentale, les réflexions constructives sur l’importance de l’outil audiovisuel n’en finissent pas de se développer.

01-04-2012 Alter Échos n° 335

Dans le domaine de la santé mentale, les réflexions constructives sur l’importance de l’outil audiovisuel n’en finissent pas de se développer. MartineLombaers, à travers un engagement intellectuel et thérapeutique, anime des ateliers d’écriture et de vidéo au Code, le centre de réadaptation fonctionnelle del’asbl L’Equipe1. Elle a également initié le projet Psymages, axé sur la création par l’image et le son, dans le milieu francophone de lapsychiatrie.

© Martine Lombaers

Il y a dans son regard, une étincelle constante, celle propre aux gens qui se savent à leur place. Martine Lombaers est arrivée dans le milieu de la santé mentale parhasard, portée par son amour des mots et de l’image. « En tant que scénariste, j’ai commencé à travailler avec ces gens en grande souffrancepsychique, le Code privilégiant l’expression via des artistes professionnels, metteur en scène, sculpteur, céramiste, plasticien, aux côtés du personnelsoignant. En montrant les réalisations de ces personnes fragilisées, en les aidant à sortir de leur milieu fermé, il y a le désir de casser cette image du foudangereux avec un entonnoir sur la tête ! Au départ, les petits films réalisés n’étaient montrés qu’en France, dans le circuit des festivalsspécialisés. Il n’existait donc rien à ce niveau-là en Belgique. L’idée de créer le festival “Images mentales” est née de ceconstat, avec cette année, une quatrième édition qui a connu un succès considérable. Il faut savoir qu’il y a de plus en plus d’ateliers vidéodans les institutions psychiatriques belges et c’est enthousiasmant de voir la profusion de films diffusés en une journée lors de ce festival. Sans compter la fierté despatients et des équipes. »

« Il y a des patients que je connais depuis plus de vingt ans »

Ce qui interpelle par-dessus tout dans le travail que fournit au quotidien Martine Lombaers, c’est le contact humain et la diversité des projets. « Le langage cinémanous permet d’aller toujours plus loin. Au début, la fiction était le vecteur principal car plus rassurant. Nous n’osions pas aborder frontalement la question de la folie.Avec le temps, nous avons appris à mettre en scène la souffrance sans tomber dans le voyeurisme. Je garde le souvenir d’un film intitulé La triste vie d’un malbouffeur, réalisé il y a trois ans avec un monsieur qui allait vraiment très mal. Nous avons vécu une grande expérience, il est décédé peuaprès, mais nous savons qu’il était très fier de ce film. Il est mort en paix car il a pu “déposer” une œuvre, son témoignage. Il y a deuxtypes d’atelier, individuel et en groupe. Et dans les ateliers de groupe, il nous arrive souvent de rire énormément. Nous travaillons actuellement sur le thème de lanormalité, c’est vous dire si leur parole, mise en forme et en images, nous pousse autant à la réflexion qu’à l’humour. »

Ces ateliers d’expression n’ont pas de fonction thérapeutique mais d’ouverture et de reconnaissance. Pour les ateliers d’écriture, la notiond’évolution et de partage est plus significative. « Ils sont ouverts à tous les patients, à ceux qui ont envie d’écrire tout un texte comme àceux qui n’écriront que deux lignes. Par la pratique, je vois un plaisir de l’écriture se développer chez certains. Et à la fin de chaque séance, il y ace moment de partage très important qui est la lecture des textes avec la possibilité pour chacun d’apporter un commentaire. En vidéo, c’est un travail sur lalongueur, pendant plusieurs mois, avec l’objectif de réaliser un produit, en l’occurrence un film. Il y a des patients qui participent aux deux typesd’atelier. »

Peu importe la forme (texte, fiction, docu, film d’animation…), chaque mode d’expression permet aux patients comme aux équipes d’encadrement de casser lesclichés, de développer les échanges entre différentes institutions et de pousser toujours plus loin la réflexion quant à la folie.« L’actualité nous a confrontés récemment à des actes de violence extrême commis par des “fous furieux”. Nous refusons cettedérive médiatique et les amalgames, pour proposer autre chose. »

Le Code fonctionne comme un centre de jour, les patients résident en famille, en appartement supervisé ou en home. Il est subsidié par l’Inami. Le butde Psymages est de créer des ponts entre le milieu de la santé mentale et l’audiovisuel suivant trois grands axes : la constitution d’une base de données reprise parla Médiathèque, le festival « Images mentales » qui touche autant les thérapeutes, les étudiants, les cinéastes que le public concernéet la production d’interviews filmées « Mémoires de psys ». Cette structure est subventionnée par la Cocof mais sans subsides récurrents.
www.psymages.be

1. L’Equipe :
– adresse : rue de Veeweyde, 60 à 1070 Anderlecht
– tél. : 02 523 50 36

Gilda Benjamin

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)