Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le temps des serfs

Avoir un emploi en Europe n’est plus un rempart contre la précarité. Croissance et flexibilité l’emportent sur la qualité des conditions de travail.

06-07-2012 Alter Échos n° 342

Aujourd’hui, avoir un emploi en Europe n’est plus un rempart contre la précarité. Il permet de survivre, tout au plus. Et encore. En Allemagne, ils sont quelque 7 millions demini-jobbers à gagner un « plantureux » salaire mensuel de 400 euros. Qu’importe, pourvu qu’on ait la croissance et que l’on soit présenté en modèle.Accolée à sa frontière, la Pologne tente de battre l’Allemagne sur le terrain de l’ultraflexibilité avec ses fameux contrats-poubelles. Rien qu’à Varsovie,près de 60 % des nouveaux employés ont des contrats temporaires, sans sécurité sociale, sans points de retraite, sans congés payés. Taillables etcorvéables à merci, ils peuvent être licenciés à tout moment. Aux Pays-Bas, le nombre de nouveaux contrats à durée indéterminéesignés en 2010 a chuté de 97  %. Et, en Belgique, force est de constater que le sacro-saint contrat à durée indéterminée n’est plus une protection contrela précarité, surtout lorsqu’il rime avec emplois très mal payés. A bien y réfléchir, et tous comptes faits, c’était peut-être mieux au tempsdes serfs…

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)