Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
© pixabay.com

Vingt ans et 464 numéros. C’est ce qu’il aura fallu à Alter Échos pour faire son entrée en librairie. Notre magazine aura pris son temps. Ce qui n’a rien d’étonnant. Depuis sa création en 1998, Alter Échos a toujours privilégié le « temps long ». Pour décortiquer l’actualité sociale, nos journalistes font souvent fi du sentiment d’urgence suscité par le flux de l’information. Ce qui ne veut pas dire qu’ils l’ignorent. Il s’agit seulement pour eux de tâter le terrain puis de s’asseoir pour analyser les enjeux présents et anticiper ceux du futur. Au cœur de chacun d’eux, on retrouve en filigrane la question de l’accès aux droits, qu’ils soient économiques, sociaux, culturels.

Ceux qui nous suivent depuis longtemps se procuraient jusqu’ici leur magazine par abonnement. Espérons que le passage en librairie permettra à de nouveaux lecteurs de se pencher sur ce qui fait l’actualité sociale en Belgique et parfois ailleurs. De l’air vicié par la pollution à la collecte de champignons dans les forêts de l’Oregon, en passant par ces mouflets non reconnus par l’état civil parce que l’un de ses géniteurs est soupçonné de fraude migratoire, « le social est partout ». Cette affirmation, parfois lancée en guise de boutade en salle de rédaction, recouvre une réalité bien palpable et qui n’a cessé de prendre de l’ampleur. Depuis quelques années, les discussions concernant les questions sociales se font plus vives, plus tranchées. Que l’on opte pour plus ou moins d’investissements publics, pour des politiques « centrées résultat » vs « émancipatrices », pour l’« innovation » ou la continuité de ce qui a fait ses preuves, personne n’y échappe.

Chaque mois, nous vous invitons à vous plonger dans l’actualité sociale en notre compagnie. Sous la forme de dossiers, de reportages, d’analyses ou encore de portraits, mais aussi sur tous les tons. Car on peut aussi parfois traiter de l’actualité sociale en privilégiant le sujet iconoclaste en apparence, le clin d’œil, l’humour. Nous nous garderons cependant bien de faire la leçon. Si nous sommes engagés par le choix de nos sujets, nous tenons plus que tout au traitement équilibré de l’information. Notre intention est de vous livrer un décryptage de l’actu complet, indépendant, posé et accessible. À vous, ensuite, de vous forger votre opinion.

Vous voulez savoir ce que votre organisme endure à chaque moment de la journée lorsque vous respirez à pleins poumons à Bruxelles ? Pourquoi Greenpeace a décidé d’attaquer la Région wallonne en justice ? Pourquoi un « oubli » de cette même Région wallonne risque de mettre les entreprises de travail adapté dans de beaux draps ? Comment quelques travailleurs liégeois ont fait le pari de reprendre une partie de l’activité de leur entreprise délocalisée en Tchéquie ? Lisez l’Alter Échos que vous tenez entre vos mains. Et n’oubliez pas de vous procurer le suivant, dans un mois, dans toutes les bonnes librairies…

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)