Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le projet « Rupture » à Beauplateau  : avant et après l'Afrique

L’asbl Beauplateau organise des séjours de « rupture humanitaire » au Burkina Faso pour des jeunes en grande difficulté. Elle se soucie aussi de préparerle retour de ces jeunes.

27-05-2012 Alter Échos n° 339

Confronter des jeunes en grande difficulté à la réalité du Burkina Faso est un pari risqué, mais souvent gagnant pour les associations qui organisent cesdéparts. Encore faut-il préparer le retour de ces jeunes avec le même souci. Le Beauplateau l’a compris.

Rien que pour l’année passée, dix mineurs ont participé au projet « Rupture » du Domaine Beauplateau1 au Burkina Faso. Un engagement de six moisavec suivi et préparation en Belgique, plus de deux mois de séjour sur place dans une famille d’accueil et participation à plusieurs formations, et suivi au retour pourconcrétiser au maximum les bienfaits de l’expérience. Car si les premiers temps du séjour sont souvent difficiles pour ces jeunes en perte totale de repères, leretour à la réalité est un piège à déjouer au plus vite.

Karim a 15 ans. Il est rentré depuis six semaines à Nivelles. Ses mots, le ton de sa voix, tout chez lui témoigne du chemin parcouru  : « Je voulais partir pourm’éloigner de mes soucis, réfléchir et découvrir un autre mode de vie. Au début, j’avais du mal à accepter l’éloignement, àm’adapter. Mais après, je ne voulais plus rentrer  ! J’ai rencontré plein d’amis, j’ai fait de la menuiserie, du secrétariat… Je savais que mavie n’était pas en Afrique, mais le retour à la réalité a été dur. Par contre, j’étais pleinement conscient de la chance que j’aieue. Aujourd’hui, dès que je n’ai pas le moral, je repense à l’Afrique et à ce que j’y ai appris. Ici, je suis suivi, j’ai des réunions. Etsurtout, je garde le contact avec mes amis africains, ce qui m’aide beaucoup. »

Avant son départ, Karim avait des rapports très difficiles avec sa famille. Pendant son séjour, pour préparer son retour, les responsables de Beauplateau ontété en contact constant avec sa maman. « Il a changé à 100  %, a appris le sens des valeurs et a énormément mûri. Avec tout cequ’il a appris en Afrique, il ne se laisse plus abattre et va de l’avant. Le suivi avec Beauplateau est très régulier, pas question de lâcher l’enfant àson retour, ils vérifient son moral, son état d’esprit, le degré de ses motivations. Mon fils, à 15 ans, a aujourd’hui un bagage unique pour affronter la vie.Le suivi c’est aussi les contacts qu’il garde là-bas. Son éducateur africain prend de ses nouvelles via Facebook, il ne se sent plus seul. »

Pas de miracles, mais beaucoup de positif

Pas de triomphalisme chez Madame Loiseau, responsable du projet « Rupture » en Belgique, mais la conscience du bien-fondé de ce type d’initiative. Des couacs, ily en a, mais très peu. « Visiblement, l’une des choses primordiales pour le jeune est de garder le contact avec l’Afrique. Nous avons toujours accordé beaucoupd’attention au retour et, si la Communauté française nous en donne les moyens, nous voulons intensifier son encadrement. Il n’est pas question que le soufflé retombe.Le jeune revient en ayant appris quantité de choses mais pour lui, rien n’a changé en Belgique. Nous nous devons de l’accompagner. Nous organisons des discussions, nous lespoussons à rencontrer d’autres jeunes, ils échangent des impressions, des photos. Le suivi, c’est aussi de montrer à la famille que leur enfant a changé,qu’il a accompli des choses. Il y a l’histoire de ce jeune en très grande rupture avec ses deux parents. Nous avons donc préparé ce retour, travaillé avec lafamille. Pour finir, ses parents ont été l’accueillir à l’aéroport. Ensuite, nous avons demandé à Solidarcité (asbl axée sur levolontariat des jeunes) de prendre le relais pour continuer à le suivre et à l’aider.

Ne rêvons pas, l’Afrique… ce n’est pas Lourdes, ils ne reviennent pas tous miraculés, mais avec une plus grande confiance en eux. Il y a des engagements, unescolarité qui reprend, des formations. De nombreux jeunes mettent en place des parrainages d’enfant africain. Il s’agit vraiment d’un projet sur ladurée. »

L’asbl Beauplateau échange régulièrement avec les asbl Amarrage, La Pommeraie et Vent debout qui organisent le même type d’actions.Dès son retour et en fonction de son projet de vie, le jeune est intégré dans des activités scolaires et/ou de formation (ou dans un emploi adapté). A cet effet, leprojet travaille en collaboration avec les structures scolaires, de formation et d’insertion professionnelle telles que le Centre d’éducation et de formation en alternance (CEFA),les entreprises de formation par le travail (EFT), les entreprises…
De février 2011 à février 2012, 10 mineurs ont été envoyés au Burkina Faso par Beauplateau. Leurs dossiers émanaient du Tribunal de la Jeunesse deBruxelles, de Verviers, Liège, et du SPJ d’Arlon ou de Neufchâteau.

1. Domaine de Beauplateau, Beauplateau, 1 à 6680 Sainte-Ode – tél.  : 061 68 80 43 – site  : www.beauplateau.com

Gilda Benjamin

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)