Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

Le « diagnostic local de sécurité », passage obligé vers les futurs contrats de sécurité et de prévention

Les contrats de sécurité et de prévention (CSP) affichent presque quinze ans d’âge. Leur vie évolue, par une succession de mues renouvelées, augré des ministres compétents, des besoins communaux et des attentes d’une population urbaine, que l’on dit toujours plus demandeuse de « sécurité ».Annoncés financièrement « à la croisée des chemins »1 en 2005, les budgets des CSP seront indexés, annonce-t-on au secrétariatpermanent à la Politique de prévention2, le service du ministère de l’Intérieur qui chapeaute les CSP et les « plans drogues ». Toutefois, lescommunes et villes bénéficiaires devront au préalable s’astreindre à un exercice d’évaluation spécifique : réaliser un « diagnosticlocal de sécurité » (DLS). Lequel devra être remis au fédéral pour mars 2007. Sans attendre le produit fini des diagnostics, penchons-nous sur le processusqu’il requière. En quoi consiste ce « diagnostic », pour sonder quoi ? Qu’apportera-t-il, quelles questions ou défis pose sa réalisation aux acteurslocaux ? Quels en sont les potentiels et les limites ? Parcours à Bruxelles et en Wallonie pour en comprendre la posologie …

21-09-2006 Alter Échos n° 215
Carla Goldberge et Bambeh Keita

Les contrats de sécurité et de prévention (CSP) affichent presque quinze ans d’âge. Leur vie évolue, par une succession de mues renouvelées, au gré des ministres compétents, des besoins communaux et des attentes d’une population urbaine, que l'on dit toujours plus demandeuse de « sécurité ».  Annoncés financièrement « à la croisée des chemins »1 en 2005, les budgets des CSP seront indexés, annonce-t-on au secrétariat permanent à la Politique de prévention2, le service du ministère de l’Intérieur qui chapeaute les CSP et les « plans drogues ». Toutefois, les communes et villes bénéficiaires devront au préalable s’astreindre à un exercice d’évaluation spécifique : réaliser un « diagnostic local de sécurité » (DLS). Lequel devra être remis au fédéral pour mars 2007. Sans attendre le produit fini des diagnostics, penchons-nous sur le processus qu’il requière. En quoi consiste ce « diagnostic », pour sonder quoi ? Qu’apportera-t-il, quelles questions ou défis pose sa réalisation aux acteurs locaux ? Quels en sont les potentiels et les limites ? Parcours à Bruxelles et en Wallonie pour en comprendre la posologie …
1. Par les fourches caudines du diagnostic local de sécurité …
Vaste projet d’évaluation à caractère prospectif, l’idée d’un « diagnostic » est dans l’air des politiques de sécurité et de prévention depuis 2002. Fin 2005, dans la foulée de « l’élaboration d’une politi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Les contrats de sécurité et de prévention (CSP) affichent presque quinze ans d’âge. Leur vie évolue, par une succession de mues renouvelées, au gré des ministres compétents, des besoins communaux et des attentes d’une population urbaine, que l'on dit toujours plus demandeuse de « sécurité ».  Annoncés financièrement « à la croisée des chemins »1 en 2005, les budgets des CSP seront indexés, annonce-t-on au secrétariat permanent à la Politique de prévention2, le service du ministère de l’Intérieur qui chapeaute les CSP et les « plans drogues ». Toutefois, les communes et villes bénéficiaires devront au préalable s’astreindre à un exercice d’évaluation spécifique : réaliser un « diagnostic local de sécurité » (DLS). Lequel devra être remis au fédéral pour mars 2007. Sans attendre le produit fini des diagnostics, penchons-nous sur le processus qu’il requière. En quoi consiste ce « diagnostic », pour sonder quoi ? Qu’apportera-t-il, quelles questions ou défis pose sa réalisation aux acteurs locaux ? Quels en sont les potentiels et les limites ? Parcours à Bruxelles et en Wallonie pour en comprendre la posologie …
1. Par les fourches caudines du diagnostic local de sécurité …
Vaste projet d’évaluation à caractère prospectif, l’idée d’un « diagnostic » est dans l’air des politiques de sécurité et de prévention depuis 2002. Fin 2005, dans la foulée de « l’élaboration d’une politi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Olivier Bailly

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)