Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

De Clavier à Sprimont, de Nandrin à Ferrières, à l’école et dans les quartiers, le phare de La Teignouse est un repère pour les jeunes de la région.

La Teignouse asbl1, La Teignouse AMO3, la maison de jeunes « L’aventure »4 de Comblain-au-Pont et le centre de jeunes ASF3 d’Aywaille travaillent de concert sur onze communes de la région Ourthe-Amblève, à cheval sur les arrondissements judiciaires de Liège et de Huy. Chaque intervenant porte des actions spécifiques à destination de jeunes, le plus souvent en partenariat avec les autres membres de cette sorte de coupole locale.
Dans les quartiers et dans l'école
L’AMO, par exemple, est fortement impliquée dans l’accrochage scolaire et le travail de quartier. À Géromont, cité sociale de Comblain-au-Pont, l’école de devoirs qu’elle organise fait désormais partie du paysage. « Une confiance s’est créée au fil des années, constate Sébastien Hardy, responsable de l’AMO. En fonction du nombre de bénévoles que l’on a, nous accueillons une dizaine d’enfants deux fois par semaine. »
L’accrochage scolaire ne passe pas uniquement par le biais des devoirs, mais aussi par des animations de quartier, des sorties avec les familles qui leur donnent l’occasion de pratiquer des activités qu’ils ne feraient pas autrement. « Nous nous occupons des moins de dix ans, dit-il. Avec ceux qui atteignent cet âge-là, nous entreprenons un travail de transitio...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

De Clavier à Sprimont, de Nandrin à Ferrières, à l’école et dans les quartiers, le phare de La Teignouse est un repère pour les jeunes de la région.

La Teignouse asbl1, La Teignouse AMO3, la maison de jeunes « L’aventure »4 de Comblain-au-Pont et le centre de jeunes ASF3 d’Aywaille travaillent de concert sur onze communes de la région Ourthe-Amblève, à cheval sur les arrondissements judiciaires de Liège et de Huy. Chaque intervenant porte des actions spécifiques à destination de jeunes, le plus souvent en partenariat avec les autres membres de cette sorte de coupole locale.
Dans les quartiers et dans l'école
L’AMO, par exemple, est fortement impliquée dans l’accrochage scolaire et le travail de quartier. À Géromont, cité sociale de Comblain-au-Pont, l’école de devoirs qu’elle organise fait désormais partie du paysage. « Une confiance s’est créée au fil des années, constate Sébastien Hardy, responsable de l’AMO. En fonction du nombre de bénévoles que l’on a, nous accueillons une dizaine d’enfants deux fois par semaine. »
L’accrochage scolaire ne passe pas uniquement par le biais des devoirs, mais aussi par des animations de quartier, des sorties avec les familles qui leur donnent l’occasion de pratiquer des activités qu’ils ne feraient pas autrement. « Nous nous occupons des moins de dix ans, dit-il. Avec ceux qui atteignent cet âge-là, nous entreprenons un travail de transitio...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pascale Meunier

Pascale Meunier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)