Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

La Région bruxelloise veut connaître ses “vieux” étrangers

Comment vieillit-on à Bruxelles lorsque l’on est d’origine étrangère ? Cette question, les autorités régionales aimeraient la résoudre, mais ce n’est passi facile. Car si l’on sait que sur les 260 000 personnes étrangères que compte Bruxelles, 20 000 ont plus de 65 ans (12 %), une part infime de celles-ci, et non chiffrée,fréquente les homes et autres centres d’accueil et de soin des personnes âgées. C’est précisément ce manque d’informations qu’Évelyne Huytebroeck et PascalSmet, ministres bruxellois en charge de l’Aide aux personnes, entendent combler.

22-09-2006 Alter Échos n° 215

Comment vieillit-on à Bruxelles lorsque l'on est d'origine étrangère ? Cette question, les autorités régionales aimeraient la résoudre, mais ce n'est passi facile. Car si l'on sait que sur les 260 000 personnes étrangères que compte Bruxelles, 20 000 ont plus de 65 ans (12 %), une part infime de celles-ci, et non chiffrée,fréquente les homes et autres centres d'accueil et de soin des personnes âgées. C'est précisément ce manque d'informations qu'Évelyne Huytebroeck et PascalSmet, ministres bruxellois en charge de l'Aide aux personnes, entendent combler.L'idée a germé l'an dernier, "à un moment où beaucoup d'interrogations étaient soulevées quant au vieillissement de la population et à ladépendance", explique Evelyne Huytebroeck. Et parmi elles, les problématiques propres aux personnes immigrées. Il s'agit donc à présent d'aller à "larencontre de leurs attentes", en sensibilisant notamment les familles aux services disponibles à Bruxelles en matière de prise en charge de la dépendance.Mais il faudra pour cela pénétrer les histoires familiales et comprendre également les différentes cultures pour évaluer les besoins de ces "vieilles"...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)