Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Sur papier, tout semble clair. Le service public flamand de l’emploi et de la formation professionnelle, le VDAB, doit à l’instar de ses homologues wallon et bruxellois se transformer enrégisseur du marché de l’emploi. C’est ce que prévoit l’accord de gouvernement régional de 1999. L’occasion de repositionner comme acteurs du marché de l’emploil’ensemble des organisations concernées, qu’elles soient publiques, privées commerciales ou associatives. L’accord de majorité a ainsi été traduit dans une note depolitique emploi 2000-2004 du ministre flamand de l’Emploi Renaat Landuyt (SPA), puis, le 20 juin 2000, dans une note sur la réforme même du VDAB. Dans l’attente du vote desdécrets nécessaires, sur le terrain, la réforme en marche prend une tournure complexe et l’incertitude augmente.
Dans le projet de réforme de juin 2000, les fonctions de régisseur et de prestataire du VDAB sont strictement séparées des points de vue gestionnaire, juridique,budgétaire ainsi que du personnel.
> L’agence régisseur aura à donner le cadre de référence, à énoncer les règles du jeu, à reconnaître et à labéliser lesdifférents opérateurs (intermédiaires privés, pouvoirs locaux, fonds sectoriels, associations, etc.), à résoudre les problèmes liés àl’universalité et à la coordination, et à prendre en charge un dispositif transparent pour la rencontre des demandeurs d’emploi et des entreprises.
> L’agence opérateur développe son offre de services sur les segments non pris en charge par les autres acteurs du marché de l’emploi.
Dans le cadre de la politique d’amélioration des services de l’administration (« het Beter Bestuurlijk Beleid »), qui réforme l’ensemble de l’administration flamande, ces deux agences duVDAB doivent recevoir un statut de service public à gestion séparée de façon à avoir un maximum d’autonomie et à pouvoir entrer dans des partenariatsà long terme avec les autres autorités et acteurs sociaux pour exécuter leur contrat de gestion. Mais le projet de décret du 8 mars 2002 : il stipule que, pour chaquematière, l’administration flamande se dote d’un département centré sur les tâches de soutien aux politiques développées, tandis que ce sont des agencesindépendantes qui mettent en œuvre ces politiques. Autrement dit, c’est le ministère qui devrait exercer la fonction de régisseur. « Ou alors le Ministère veutque le VDAB fasse semblant de l’être

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)