Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Culture

La Louvière : Métropole culture et citoyenne

Dans le cadre de La Louvière Métropole culture 2012, de nombreux événements impliquent la population.

22-06-2012 Alter Échos n° 341

Si La Louvière a été choisie par les gouvernements de la Région wallonne et de la Communauté française comme Métropole culture 20121, c’est notamment pour les qualités citoyennes de son projet. En effet, de nombreux événements impliquent la population. Et les habitants de la région peuvent laisser libre cours à leur âme d’artiste.

A La Louvière, l’année 2012 aura permis aux artistes amateurs et aux curieux enthousiastes de vivre une jolie expérience. Le printemps les aura déjà vus à l’œuvre lors de la Fête de la musique, d’ateliers de création d’instruments, de témoignages sur la ville et les quartiers plus fragilisés. Car l’idée est bien là : donner la parole à tous ceux qui le veulent.

Avec le spectacle, du 10 au 14 juillet, Ubu, roi des Loups mirlitonesques, d’après Alfred Jarry, le Théâtre de la Rumeur a voulu une forte participation citoyenne dès le processus de création. Le metteur en scène, Frédéric Hérion, est coutumier de ce genre de démarche. « Le Théâtre de la Rumeur est en résidence au Centre culturel de La Louvière2 depuis une dizaine d’années et j’avais en tête de monter un projet culturel intégrant des non-professionnels.  C’est quelque chose que j’ai déjà expérimenté dans d’autres lieux. Outre la possibilité de réunir vingt-cinq ou trente comédiens sur un même plateau, démarche quasi impossible financièrement pour une petite compagnie, il y a une motivatio...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Si La Louvière a été choisie par les gouvernements de la Région wallonne et de la Communauté française comme Métropole culture 20121, c’est notamment pour les qualités citoyennes de son projet. En effet, de nombreux événements impliquent la population. Et les habitants de la région peuvent laisser libre cours à leur âme d’artiste.

A La Louvière, l’année 2012 aura permis aux artistes amateurs et aux curieux enthousiastes de vivre une jolie expérience. Le printemps les aura déjà vus à l’œuvre lors de la Fête de la musique, d’ateliers de création d’instruments, de témoignages sur la ville et les quartiers plus fragilisés. Car l’idée est bien là : donner la parole à tous ceux qui le veulent.

Avec le spectacle, du 10 au 14 juillet, Ubu, roi des Loups mirlitonesques, d’après Alfred Jarry, le Théâtre de la Rumeur a voulu une forte participation citoyenne dès le processus de création. Le metteur en scène, Frédéric Hérion, est coutumier de ce genre de démarche. « Le Théâtre de la Rumeur est en résidence au Centre culturel de La Louvière2 depuis une dizaine d’années et j’avais en tête de monter un projet culturel intégrant des non-professionnels.  C’est quelque chose que j’ai déjà expérimenté dans d’autres lieux. Outre la possibilité de réunir vingt-cinq ou trente comédiens sur un même plateau, démarche quasi impossible financièrement pour une petite compagnie, il y a une motivatio...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Gilda Benjamin

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)