Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

La Garantie jeune au sauvetage du service citoyen ?

Très controversée au sein du secteur jeunesse, le service citoyen est arrivé au terme de sa période de test. Il pourrait trouver sa planche de salut dans le plan de Garantie jeune.

Très controversée au sein du secteur jeunesse, le service citoyen est arrivé au terme de sa période de test. Il pourrait trouver sa planche de salut dans le plan de Garantie jeune.

Début septembre, la Plate-forme pour le service citoyen célébrait, au Parlement fédéral, la clôture du plan triennal de projets pilotes de service citoyen en Belgique. Au total, 125 jeunes de toutes les communautés linguistiques belges se sont engagés pour six mois au service de la collectivité dans un des 100 organismes d’utilité publique (Croix-Rouge, associations culturelles ou environnementales, etc.), selon le communiqué de la Plate-forme pour le service citoyen. La Plate-forme voudrait voir ces trois années d’expérience pérennisées et demande aux responsables politiques de mettre en place le service citoyen pour conférer aux jeunes qui s’engagent un véritable statut.

Selon François Ronveaux, coordinateur de la Plate-forme, le soutien des responsables politiques est quasiment acquis. Au Sud du pays, tous les partis, via un de leurs dirigeants, se sont exprimés en faveur du service citoyen, fait-il valoir. Quant au Nord, il reste encore quelques personnalités à convaincre, mais cela ne saurait tarder, jure-t-il.

Le coordinateur de la Plate-forme souligne à quel point le service citoyen permet de répondre à des enjeux majeurs d’intégration des jeunes aujourd’hui, quelle que soit leur situation (jeunes issus de l’immigration, chômeurs, porteurs d’un handicap…) Selon les chiffres avancés par la Plate-forme, 31 % des participants sont faiblement scolarisés et 26 % sont d’origine non européenne. Organisé à grande échelle, le service citoyen contribuerait à lutter contre les problèmes d’activation, d’isolement, d’exclusion sociale et d’accès à la citoyenneté, précise un communiqué de la Plate-forme.

Du volontariat volontaire ?

Si les moyens financiers ne sont pas totalement débloqués pour que l’expérience se poursuive en attendant une pérennisation, François Ronveaux se dit optimiste sur la poursuite du service citoyen dans les mois à venir. Du côté du cabinet Huytebroeck, en charge de l’Aide à la jeunesse à Bruxelles, on se montre toutefois prudent.

Le projet de service citoyen ne fait pas l’unanimité dans le secteur jeunesse, notamment, en ce qui concerne la vision du volontariat proposée. Gaétane Convent, coordinatrice de la Plate-forme francophone du volontariat, est très claire à ce sujet : « Le service citoyen est une activité qui n’a pas sa place dans le champ du volontariat. » Elle pointe ainsi les horaires conséquents, qui ne permettent pas d’avoir un travail en dehors du service citoyen, ou la notion de rétribution et de préavis. Autant d’éléments qui font que le service citoyen – selon la vision qui en est développée aujourd’hui – n’est pas compatible avec le volontariat. « Le volontariat est un acte libre et volontaire. Il n’y a pas de préavis quand on est libre et volontaire », souligne Gaétane Convent.

En outre, le service citoyen tel qu’envisagé actuellement ne relève pas uniquement de la politique de la jeunesse. Il touche d’autres matières, d’autres ministères, d’autres administrations. Pensons ne serait-ce qu’à l’emploi. Marc Chambeau, expert jeunesse au cabinet d’Éveline Huytebroeck, conclut en confirmant l’intérêt pour le projet, notamment dans sa dimension de transition vers l’âge adulte, mais aussi la prudence dont le cabinet fait preuve actuellement.

Des discussions ont toutefois lieu actuellement en intercabinet pour la mise au point d’un plan à présenter au niveau européen dans le cadre du « Youth Guarantee ». Le dispositif du service citoyen apparaît comme un bon moyen de reconnecter certains jeunes au monde professionnel. Il pourrait dès lors bénéficier de la manne européenne.

Alter Échos n°362 du 17.06.2013 : Chômage des jeunes : l’Europe s’agite

Alter Échos n° 329 du 18.12.2011 : Service citoyen : la fausse bonne idée ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)