Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

« La Famennoise et la Terrienne, deux sociétés de logement marchoises »

07-06-1999 Alter Échos n° 54

Il existe deux types de sociétés de logements : celles qui émanent du secteur locatif et celles qui appartiennent au secteur acquisitif. La Famennoise et la Terrienne,installées à Marche-en-Famenne, sont des exemples concrets pour illustrer ces deux genres.
«Une société de logements achète des terrains et construit des logements destinés à être loués ou achetés. La plupart du temps, ils sontdestinés à la location. Il peut également s’agir d’un immeuble insalubre, à rénover» explique Jean-Paul Renard, gérant de la Terrienne et de laFamennoise. «Le but de la société de logements est d’assurer à tous un logement décent. Pour ce faire, elle est placée sous la tutelle de laSociété wallonne du logement» ajoute M. Renard.
Il en existe 15 dans la province du Luxembourg. Un nombre qui n’est pas élevé lorsque l’on pense qu’une ville comme Charleroi en possède 12.
Parmi ces 15, il y a la Famennoise, une société de logements à caractère locatif qui existe depuis 1969. Elle gère quelque 675 logements sociaux. Auxquelss’ajoutent 13 logements pour sans-abri, une trentaine en construction et 77 en projet (les maisons sont déjà achetées). Les logements loués ne sont aménagésque du strict minimum : éviers, chauffage central et sanitaires. Mais ce nombre, déjà impressionnant, ne permet pas de satisfaire la demande qui se chiffre à 150 par an,alors qu’il n’y a que 35 départs. La démarche pour louer un de ces logements est la suivante : «la personne vient chez nous. Nous lui transmettons une liste de documents àremplir pour constituer un dossier qui sera examiné par un comité. Ce dernier décide s’il accepte la candidature. L’octroi du loyer dépend du système de points misen place par la Région wallonne, mais aussi des caractéristiques du logement. Le montant du loyer est quant à lui établi suivant certaines règles, fixées parle ministre wallon du Logement Willy Taminiaux. Ainsi, 40 % du loyer est calculé sur le prix de revient du logement, les 60 % restant sur le revenu des locataires. Les loyers varient entre 4.400et 13.450 francs».
La Terrienne existe depuis 1936. Cette société de logement ressort quant à elle au secteur acquisitif. Elle construit des maisons qu’elle met ensuite en vente pour un prixraisonnable.
Mais elle ne fait pas que ça puisqu’elle permet également à des personnes répondant à certains critères, de bénéficier d’un prêt àdes conditions intéressantes (honoraires réduits de moitié, taux de 3 %). Ces conditions ne sont valables que pour une certaine catégorie de personnes, par exemple cellesqui ne sont pas encore propriétaires.
«L’avantage que nous avons, lorsque nous construisons des maisons, c’est que la Région wallonne équipe le lotissement en gaz, électricité, égouts… cela nousrevient à une économie de plus ou moins 300.000 francs par parcelle» conclut Jean-Paul Renard.
Depuis son existence, la Terrienne a traité une bonne trentaine de dossiers pour prêts et a vendu une cinquantaine de maisons. Ici, la demande est satisfaite.
1 La Famennoise scrl, rue de l’Himage 81 à 6900 Marloie, tél. : 084/32 21 01, fax : 084/32 21 03. La Terrienne marchoise sc, rue de l’Himage 81 à 6900 Marloie, tél. :084/32 21 02, fax : 084/32 21 03.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)