Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Le 15 mars dernier a marqué la fin de la traditionnelle trêve hivernale des expulsions en France. L´occasion de dresser un premier bilan du plan d´urgence gouvernementalpour le logement des plus démunis. Ce plan, lancé en juin 1995, avait notamment pour objectif d´attribuer 20.000 logements aux personnes défavorisées, grâceà la réhabilitation d´immeubles (anciens hôtels, anciens hôpitaux, bâtiments appartenant à des collectivités locales, etc.) et à laréquisition de logements vides.Deux grandes vagues de réquisitions ont eu lieu depuis lors. La première, en août 1995, concernait une trentaine d´immeubles représentant au total quelque 500logements. La deuxième devait concerner 700 logements, mais elle ne s´est réalisée que partiellement. Au total, les 1200 logements visés par la réquisitionn´ont donc pas pu être tous mis à la disposition des plus démunis. Les obstacles rencontrés par le Ministre français du Logement, M. Pierre-AndréPérissol, sont multiples : problèmes juridiques, difficultés pour trouver l´identité de propriétaires et, dans certains cas, opposition d´éluslocaux1...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)