Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Éducation permanente : le secteur s'interroge sur lui-même"

18-06-2001 Alter Échos n° 100

ye ministre Rudy Demotte, en charge de l’Éducation permanente, souhaite revoir le décret qui régit le secteur depuis 19761. Une première journée derencontre vient d’être organisée par le Conseil supérieur de l’éducation permanente2. Près de 340 associations du secteur, sur les quelque 480reconnues3, ont fait le déplacement. Tendances.
Premier thème abordé : le sens de l’éducation permanente. Les associations sont particulièrement attachées au travail d’acquisition d’outilsd’analyse et de réflexion critique, ainsi qu’au travail d’écoute et de remise en perspective collective. La multiplicité du sens, du champ d’action, lamultitude des approches et la spécificité d’une démarche globale sont également soulignées. Le secteur est aussi profondément attaché àson autonomie et à son indépendance vis-à-vis du politique.
« Dans le contexte de réforme du décret, précise Serges Hustache, président du CSEP, de nombreuses associations ont l’impression d’une volontéministérielle de revoir la nature et les méthodes de travail. »
2e thème : le public. La distinction entre organisations qui travaillent avec l’ensemble des publics, (catégorie I), ou avec un public « populaire » (catégorie II) a quelquepeu divisé l’assemblée : faut-il cibler ou exclure l’un ou l’autre ? Ce débat souligne les différentes formes d’approches, d’objectifs et deméthodologies, mais aussi la question de la différence entre éducation permanente et formation socioprofessionnelle, notamment auprès des personnes les plusfragilisées.
Les structures et l’organisation du secteur semblent toujours correspondre à une certaine réalité. Le débat porte ici sur l’évolution des associationsde service (mise à disposition d’un savoir) et des mouvements (en fonction du territoire : organisation générale, régionale ou locale). Il faut constater uneaugmentation importante du nombre d’association de services par rapport aux mouvements.
« Il s’agit sans doute là de la traduction de la diminution des démarches collectives, analyse Serges Hustache, et d’une diminution de l’adhésion à degrandes utopies, à de grands desseins… »
Le débat entamé par les associations viendra nourrir les réflexions du ministre4 qui entend travailler assez rapidement, mais en tenant compte des avis du secteur.
1 Le texte de ce décret peut être obtenu auprès du service de l’éducation permanente du ministère de la Communauté française, tél. : 02413 23 11.
2 Au sens du décret, « est considérée comme organisation volontaire d’éducation permanente des adultes, celle qui a pour objectif d’assurer et dedévelopper principalement chez les adultes : la prise de conscience et une connaissance critique des réalités de la société, des capacités d’analyse,de choix, d’action et d’évaluation, des attitudes de responsabilité et de participation active à la vie sociale, économique, culturelle et politique. »
3 CSEP : bd Léopold II 44 à 1080 Bruxelles, tél. : 02 413 35 23.
4 Voir à ce propos le bulletin du CSEP de juin 2001 et surtout l’interview du ministre dans le dernier numéro de Contrastes (mai-juin 2001), édité par les EquipesPopulaires (081 73 40 86).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)