Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Discriminations à l’embauche : l’Orbem ouvre un guichet de plaintes

Il ne fait plus de doute aujourd’hui que derrière le haut taux de chômage de la capitale, il y a souvent une raison insidieuse, même si elle est loin d’être laseule : la discrimination à l’embauche ! Jusqu’à présent, on parlait de discrimination ethnique mais depuis la loi du 25 février, le phénomène dediscrimination est étendu à d’autres critères. On parle dorénavant de discrimination directe lorsqu’une différence de traitement non objective estdirectement fondée sur le sexe, une prétendue race, la couleur, l’ascendance, l’origine nationale ou ethnique, l’orientation sexuelle, l’état civil, lanaissance, la fortune, l’âge, la conviction religieuse ou philosophique, l’état de santé actuel ou futur, un handicap ou une caractéristique physique.

28-07-2005 Alter Échos n° 142

Il ne fait plus de doute aujourd’hui que derrière le haut taux de chômage de la capitale, il y a souvent une raison insidieuse, même si elle est loin d’être laseule : la discrimination à l’embauche ! Jusqu’à présent, on parlait de discrimination ethnique mais depuis la loi du 25 février, le phénomène dediscrimination est étendu à d’autres critères. On parle dorénavant de discrimination directe lorsqu’une différence de traitement non objective estdirectement fondée sur le sexe, une prétendue race, la couleur, l’ascendance, l’origine nationale ou ethnique, l’orientation sexuelle, l’état civil, lanaissance, la fortune, l’âge, la conviction religieuse ou philosophique, l’état de santé actuel ou futur, un handicap ou une caractéristique physique.

Si de nombreuses initiatives de lutte contre ces discriminations existent à Bruxelles1, il manquait cependant un volet important : l’ouverture, à l’Orbem2, d’unguichet spécialisé d’accueil, d’aide et d’accompagnement pour les personnes victimes de toutes les formes de discrimination à l’embauche en collaborationavec le Centre pour l’égalité des chances3.

Comment ça marche ?

Tout chercheur d’emploi qui pense être victime d’une discrimination lors de son recrutement pourra être reçu par le conseiller de l’Orbem4. Ce dernierétablira alors avec le chercheur d’emploi une objectivation de la situation vécue et déterminera avec celui-ci si la situation relève d’une discrimination etnécessite un suivi juridique. C’est à ce moment-là qu’intervient le Centre pour l’égalité des chances. Un juriste viendra, sur rendez-vous,à l’Orbem pour recevoir les chercheurs d’emploi qui ont vécu une situation de discrimination dont les présomptions sont établies et qui souhaitent obtenirréparation. Le juriste apportera à ces personnes le soutien nécessaire.

Outre l’écoute apportée aux chercheurs d’emploi, ce service remplira également une mission d’information sur la discrimination à l’embauche. Lepublic visé concerne les chercheurs d’emploi bien entendu, mais également les employeurs intéressés par le sujet.

Autres initiatives

Éric Tomas, ministre bruxellois de l’Emploi, a rappelé lors de la signature de la convention entre l’Orbem et le CECLR, que la lutte contre les discriminations «constitue un des éléments majeurs du Pacte social pour l’emploi des Bruxellois, conclu avec les interlocuteurs sociaux en juin 2002 ». Il a égalementévoqué les principales mesures du plan d’action bruxellois de lutte contre les discriminations en 2003 pour lequel un budget de 600.000 euros a étédégagé. « Il a été prévu de continuer et de renforcer les initiatives de sensibilisation et de formation des employeurs déjàréalisées dans le cadre du pacte territorial : des séminaires de sensibilisation à destination des secteurs professionnels seront étendus à de nouveauxsecteurs. Des séminaires de formation seront également organisés à l’attention des organisations syndicales bruxelloises. […] Deux études verront lejour d’ici à 2004 : l’une sur la situation des femmes sur le marché de l’emploi bruxellois et l’autre sur un modèle comparable à celleréalisée par le BIT en 1997. L’enjeu étant dans ce dernier cas, de mettre à jour les enseignements de la précédente enquête : je pense plusspécifiquement aux nouvelles minorités émergentes ou aux communautés non prises en compte dans l’étude précédente. » Différentsprojets seront également initiés pour s’attaquer aux problèmes d’emploi rencontrés par les travailleurs d’origine subsaharienne.

1. Campagnes de sensibilisation des entreprises bruxelloises, séminaires de formation, publication d’un guide pédagogique (Tous égaux face à l’embauche)à l’attention des gestionnaires en ressources humaines et des intermédiaires du marché du travail, etc.
2. Orbem, bd Anspach, 65 à 1000 Bruxelles, tél. : 02 505 16 79, fax : 02 505 78 77.
3. CECLR, rue de la Loi, 155, Résidence Palace (8e étage) à 1040 Bruxelles, tél. : 02 233 06 11 ou 0800 14 192, fax : 02 233 07 04.
4. Le guichet est ouvert depuis le 2 mai 03 du lundi au vendredi à l’Orbem, 1er étage, 1er guichet au sein du Forum Information. Les lundis, mardis et jeudis matin (8 h 30à 11 h 30) sont réservés à l’information sur la nouvelle loi anti-discrimination. Les mercredis et vendredis matin sont, quant à eux, réservéspour les victimes de discrimination à l’embauche et les mercredis et vendredis après-midi (13 h 30 à 16 h 00) pour les rendez-vous avec le juriste du CECLR pour ledépôt de plainte. Infos auprès de Francine Devries, responsable du guichet, tél. : 02 505 79 00,
courriel : fdevries@orbem.be

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)