Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Des « enfants sorciers » en Belgique ? Sans doute…

La religiosité néo-pentecôtiste africaine gagne du terrain chez les migrants, notamment les plus jeunes, accompagnés ou non. Entre le soutien spirituel essentiel et ladérive sectaire, la frontière est parfois ténue.

19-06-2008 Alter Échos n° 254

La religiosité néo-pentecôtiste africaine gagne du terrain chez les migrants, notamment les plus jeunes, accompagnés ou non. Entre le soutien spirituel essentiel et ladérive sectaire, la frontière est parfois ténue.

Pour ses dix ans, le Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires (CIAOSN) a réuni une série de spécialistes autour du thème de « lareligiosité néo-pentecôtiste africaine ». Depuis quelques années, le Centre reçoit un nombre croissant de demandes d’informations sur les églisespentecôtistes africaines installées en Belgique. « Des personnes directement concernées s’inquiètent, par exemple, qu’un proche ait changé decomportement depuis qu’il fréquente une église pentecôtiste », explique Anne-Sophie Lecomte, analyste au service d’étude du CIAOSN. De quoi interpellerles chercheurs sans pour autant que ces demandes constituent un « baromètre du sectarisme » ou qu’elles témoignent de la nocivité de ces églises.L’objet du colloque n’était donc pas de trancher la question des éventuelles dérives sectaires mais bien d’engranger des informations, de confronter lesconnaissances et d’aborder les pratiques à l’étranger.

En Europe aussi

Une partie significative de la journée était consacrée à l’imaginaire de « l’enfant sorcier » et à la « traduction pratique de cetimaginaire dans les églises de réveil installées en Belgique ou ailleurs en Europe ». L’anthropologue Philippe De Boeck est venu rappeler la situation dramatique desenfants accusés de sorcellerie en République démocratique du Congo et le rôle des églises de réveil1. Si ces églises, fortes de leursuccès, ont ouvert des « succursales » un peu partout dans le monde, et notamment à Bruxelles, on peut aisément penser que les esprits malins, eux aussi, ne se sontpas cantonnés aux frontières du continent africain. « Les accusations de sorcellerie à l’égard des enfants existent également en Europe, àBruxelles, Paris ou Londres », confirme l’anthropologue.

Si des exorcismes tragiques – comparables à des séances de torture – ont émaillé les pages de faits divers il y a quelques années, lephénomène des accusations de sorcellerie reste très difficile à appréhender chez nous. Il appartient au domaine de l’intimité des familles ou deséglises. Et l’on peut penser que la plupart des « séances de délivrance » ne sont pas accompagnées de violences mais s’effectuent plutôt autravers de prières ou d’un jeûne. « Je reçois effectivement moins de familles où l’enfant est accusé de sorcellerie, que par le passé», confirme par ailleurs l’ethnopsychiatre Philippe Woitchick. « Mais cela signifie-t-il que le phénomène a disparu ou que les familles n’osent plus en parler ?En outre, quand une famille est confrontée à la sorcellerie, elle va prioritairement voir un pasteur, pas un médecin. Nos données sont donc biaisées. »

En Grande-Bretagne, la problématique a fait l’objet d’études visiblement plus poussées au point de donner naissance au projet « Violet », mis en placedébut 2005 pour répondre à une série de faits de maltraitance d’enfants suite à des « désenvoûtements ». Dans de nombreux cas, lesfamilles appartenaient à des mouvements pentecôtistes. « Si le phénomène existe en Grande-Bretagne, comme il existe dans de nombreux pays africains, nousn’avons aucune raison de penser qu’il ne touche pas aussi la Belgique », reconnaît Anne-Sophie Lecomte. « L’objet de cette journée était justement denous éclairer sur les pratiques de terrain et d’entendre les parties prenantes. »

Les parties prenantes en question ont apporté des réponses contrastées. Alors que Philippe De Boeck plaidait pour le « dialogue » afin d’essayer decomprendre les ressorts d’un phénomène qui touche des dizaines de milliers d’enfants toutes classes sociales confondues, le Conseil administratif du culte protestantévangélique entendait se démarquer complètement des pasteurs « exorcistes » : « Même s’il n’y a pas de dommage physique, commentévaluer le dommage moral ? Nous n’avons absolument rien à voir avec ces mouvements et nous n’avons aucune complaisance à l’égard de ces pratiques. Ellesdoivent être combattues ! », ont martelé les co-présidents Guy Liagre et Francis Renneboog.

Les Mena, des ouailles idéales

La plupart des intervenants ont pourtant relevé peu de conduites problématiques concernant les mouvements néo-pentecôtistes installés en Belgique. Ils ont enrevanche mis l’accent sur les aspects positifs : pour des personnes en situation de détresse, sans papiers, sans ressources, sans famille proche, les groupes de prières apportentréconfort et soutien spirituel. Ils socialisent, favorisent une certaine forme d’intégration, voire offrent des aides directes, matérielles. Pour des jeunesconfrontés à la petite délinquance ou aux assuétudes, les groupes de prières peuvent également avoir un effet bénéfique en donnant du sensà leur mal-être et en leur offrant des pistes spirituelles pour en sortir, à travers l’étude de textes bibliques et le respect du culte.

Néanmoins, si l’objectif premier de ces églises est de « sauver des âmes », les méthodes de recrutement posent question. « Par définition,les églises évangélistes veulent évangéliser, c’est l’une de leurs premières missions, ce qui explique leur prosélytisme. Elles cherchentsurtout à toucher les personnes qui se trouvent dans les centres pour demandeurs d’asile et, plus particulièrement, les jeunes. Les personnes en situationirrégulière, notamment les mineurs étrangers non accompagnés (les Mena), sont sensibles aux promesses qu’on leur fait. On leur dit par exemple que la prièreleur permettra d’obtenir plus rapidement des papiers », explique Anne-Sophie Lecomte.

Pour Claude Fonteyne, tuteur et fondateur de l’association Aide & Assistance aux tuteurs de Mena, il est clair que de nombreux jeunes, qu’ils soient ou non accompagnés, sontdans des groupes de prières pentecôtistes. « Mais il est très difficile de savoir s’il y a des pratiques sectaires. D’une part, parce que les jeunes ne nous enparlent pas, cela fait partie de leur intimité. D’autre part, nous devons absolument respecter la liberté de culte et ces églises jouent certainement un rôle positifdans le soutien psychologique et affectif des jeunes. A contrario, quand un Mena a un co
mportement qualifié de  » déviant  » par les responsables de l’institution quil’héberge, il est envoyé chez un psy. Ce n’est pas forcément la réponse la plus adaptée… »

Si les tuteurs se préoccupent avant tout des aspects pratiques et vitaux – le logement, la santé, la scolarité, la régularisation – de leurs pupilles, ilarrive effectivement que des questions d’ordre religieux viennent compliquer la situation. Mais en l’occurrence, elles émanent rarement des membres des églisesnéo-pentecôtistes. « Depuis quelques temps, avec les Mena venant de pays comme l’Irak ou l’Afghanistan, nous rencontrons de grosses difficultés. Leurs pratiquesreligieuses peuvent être très radicales et cela n’est pas sans poser problème pour leur intégration, ou dans leur attitude vis-à-vis des femmes, par exemple.»

1. À ce sujet, voir le rapport d’Amnesty International :
www.amnestyinternational.be/doc/article205.html

aurore_dhaeyer

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)