Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Contrat de gestion de l’Orbem : du rêve à la réalité

Il avait été annoncé par l’accord de gouvernement bruxellois – le ministre de l’Économie et de l’Emploi, Benoît Cerexhe (CDH) en avait même fait un deses chevaux de bataille pour cette législature –, il avait été confirmé lors de la signature du C2E (Contrat pour l’Économie et l’Emploi) : le Contrat degestion de l’Orbem (Office régional bruxellois de l’Emploi)1 a désormais été signé, ce 31 mars, par le ministre Cerexhe, le président de l’Orbem,Robert Delathouwer, et son directeur général, Eddy Courthéoux… Suivant la logique maintenant éprouvée de ce type de texte, c’est notamment les idées debonne gouvernance et de management par objectifs qui sont mises en avant…

21-04-2006 Alter Échos n° 206

Il avait été annoncé par l’accord de gouvernement bruxellois – le ministre de l’Économie et de l’Emploi, Benoît Cerexhe (CDH) en avait même fait un deses chevaux de bataille pour cette législature –, il avait été confirmé lors de la signature du C2E (Contrat pour l’Économie et l’Emploi) : le Contrat degestion de l’Orbem (Office régional bruxellois de l’Emploi)1 a désormais été signé, ce 31 mars, par le ministre Cerexhe, le président de l’Orbem,Robert Delathouwer, et son directeur général, Eddy Courthéoux… Suivant la logique maintenant éprouvée de ce type de texte, c’est notamment les idées debonne gouvernance et de management par objectifs qui sont mises en avant…

Une « approche clients »

Partant des recommandations d’un audit préalable, le Contrat travaille sur quatre axes principaux. Le premier a trait au développement d’une véritable « approche clients» orientée vers les demandeurs d’emploi, mais également les entreprises. Autrement dit, il s’agira de mieux personnaliser les services et, par exemple, d’effectuer desprésélections plus efficaces pour les employeurs, de dédier « des représentants spécifiques » à des clients spécifiques,… Lesmaîtres mots sont donc segmentation et personnalisation.

Des antennes dans chaque commune

Le second des axes travaillés est le développement de services de proximité, et la décentralisation de l’institution. Ainsi, le contrat stipule que le nombre et lerôle des antennes locales de l’Orbem seront progressivement amplifiés afin de couvrir d’ici trois ans l’ensemble des communes de la Région bruxelloise et d’offrir à termel’ensemble des services d’inscription et de coaching aux chercheurs d’emploi dans chaque commune. Parallèlement à cette décentralisation, la Région s’engage àfavoriser – en partenariat avec les communes – le regroupement de l’offre locale en matière d’emploi et d’ISP en créant une « Maison de l’emploi » dans chaquecommune également. En termes de chiffres, six antennes devront être établies d’ici un an, douze dans deux ans et, d’ici trois ans, c’est chacune des dix-neuf communes de laRégion qui devrait être dotée de son antenne.

Meilleure lisibilité de l’organisation interne

C’est également sur le plan de l’organisation interne de l’Orbem – souvent dénoncé par le MR comme une « usine à gaz » – que le texte du contrat degestion porte. On en retiendra notamment une simplification de l’organigramme et, à terme, le passage de sept grandes directions à quatre : Chercheurs d’emploi et accompagnement,Employeurs, Partenariat et programme d’emploi, Services de support2. Ce sont donc de sérieux changements qui attendent les quelque 730 travailleurs de l’Orbem, avec, outre cesmodifications d’organigramme, l’instauration dans les dix-huit mois d’un dispositif de management par objectifs. Dans la même logique, le suivi du Contrat de gestion sera assuré par untableau de bord incluant pas moins de 43 indicateurs quantitatifs et qualitatifs, en termes de mises à l’emploi, de consultation des offres via le site de l’Orbem, de nombre de contrats deprojets professionnels signés, etc.

Politique de communication

Le dernier des axes prioritaires du contrat porte sur l’image de l’Orbem et sa politique de communication. À ce stade, les mesures sont essentiellement procédurales puisqu’ellesportent sur l’instauration d’une nouvelle culture d’entreprise et l’élaboration d’un plan de communication externe. On ne sait pas si les publicités actuelles pour les chèquesOrbem, mettant en scène des statues ( !) qui font passer les clients « du rêve à la réalité » (sic) sont estampillées ancienne ou nouvellecommunication…

À bien des égards, donc, ce Contrat de gestion devra encore être complété par une série de mesures clarifiant la teneur exacte des orientationsgénérales. En termes généraux, Benoît Cerexhe insiste d’ailleurs sur le caractère évolutif du contrat : « Il porte sur cinq ans mais seraévalué chaque année et rien n’interdit de le faire évoluer. »

1. Orbem, bd Anspach 65 à 1000 Bruxelles – tél. : 02 505 14 11 – 02 505 77 77 – fax : 02 511 30 52 – info@orbem.be

2. Pour donner une idée de l’ampleur du remaniement, les sept directions actuelles sont : Conseil Emploi, Réseau méthodologie et partenariat, Programmes d’emploi, Finance etpatrimoine, Accompagnement, GRH, et Relations internationales.

Edgar Szoc

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)