Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Migration

Communes sanctuaires

Une commune hospitalière s’engage à sensibiliser la population à la question migratoire et au respect des droits des personnes étrangères sur son territoire. Aux citoyens de pousser la leur dans cette voie solidaire.

Une commune hospitalière s’engage à sensibiliser la population à la question migratoire et au respect des droits des personnes étrangères sur son territoire. Aux citoyens de pousser leur commune dans cette voie solidaire.

La «Coalition pour la justice migratoire» – qui regroupe un grand nombre d’associations sous la coupole du CNCD-11.11.11 (Centre national de coopération au développement) et du Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) – a lancé il y a quelque mois la campagne «Commune hospitalière» pour inciter les citoyens à interpeller le pouvoir communal quant au sort réservé aux migrants, demandeurs d’asile et sans-papiers sur leur territoire. «L’objectif est d’abord de changer le regard sur l’immigration en montrant qu’elle peut être un horizon politique. Les communes se situent à un échelon qui nous est proche: même si elles ne peuvent pas décider sur toutes les questions migratoires, il y a des choses sur lesquelles elles peuvent agir», explique Carine Thibaut, directrice de campagne au CNCD-11.11.11.
«Un sans-papiers doit pouvoir être entendu par la police locale et non l’éviter parce qu’il la craindrait.», Carine Thibaut, CNCD-11.11.11
En se déclarant hospitalières, les communes peuvent notamment exprimer leur désaccord avec la politique de Theo Francken, tout autant qu’avec la banalisation de discours racistes et d’attitudes discriminatoires...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Une commune hospitalière s’engage à sensibiliser la population à la question migratoire et au respect des droits des personnes étrangères sur son territoire. Aux citoyens de pousser leur commune dans cette voie solidaire.

La «Coalition pour la justice migratoire» – qui regroupe un grand nombre d’associations sous la coupole du CNCD-11.11.11 (Centre national de coopération au développement) et du Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) – a lancé il y a quelque mois la campagne «Commune hospitalière» pour inciter les citoyens à interpeller le pouvoir communal quant au sort réservé aux migrants, demandeurs d’asile et sans-papiers sur leur territoire. «L’objectif est d’abord de changer le regard sur l’immigration en montrant qu’elle peut être un horizon politique. Les communes se situent à un échelon qui nous est proche: même si elles ne peuvent pas décider sur toutes les questions migratoires, il y a des choses sur lesquelles elles peuvent agir», explique Carine Thibaut, directrice de campagne au CNCD-11.11.11.
«Un sans-papiers doit pouvoir être entendu par la police locale et non l’éviter parce qu’il la craindrait.», Carine Thibaut, CNCD-11.11.11
En se déclarant hospitalières, les communes peuvent notamment exprimer leur désaccord avec la politique de Theo Francken, tout autant qu’avec la banalisation de discours racistes et d’attitudes discriminatoires...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julie Luong

Julie Luong

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)