Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Clôture de la table-ronde wallonne sur l'avenir du travail adapté"

02-07-2001 Alter Échos n° 101

Fin juin sortait le rapport qui clôture la table ronde élargie sur l’avenir du travail adapté qui s’est tenue en Région wallonne de novembre à mai derniers1.Prévues par le Contrat d’avenir, ses conclusions sont déposées sur la table du ministre Detienne qui est en train d’examiner les pistes d’action dégagées.
Les constats sur l’existant
Ils sont découpés en quatre thématiques.
> Formation et insertion : les deux problèmes les plus cruciaux sont la méconnaissance des aides spécifiques aux personnes handicapées par leurs familles et par les »dispositifs non spécifiques » (soit tous les services qui rencontrent tous les publics, des PMAS aux écoles de promotion sociale en passant par la plupart des opérateursd’insertion) ; et les cloisonnements qui en découlent.
> Formes de travail : on constate une multiplication des formes d’activité : économie sociale, travail à domicile, activités à utilité sociale, etc. quidébordent les traditionnels emplois adaptés et emplois ordinaires aidés. Au rang des problèmes, on retrouve les représentations en termes de déficitsd’aptitudes et de rendement qui collent aux personnes handicapées, les pièges financiers à l’emploi et l’accroissement des exigences sur les postes de travail adapté.
> Évolution des ETA : avec la diminution de la proportion des subventions dans les rentrées des ETA et l’amélioration des salaires, il faut « (re ?)trouver l’équilibreentre l’économique et le social ».
> *ynergies entre emploi ordinaire et adapté : les passerelles entre ces deux types d’emploi sont complètement marginales.
Propositions concrètes
Après ce rapide état des lieux, et sur la base d’avis remis par des experts, des thèmes prioritaires ont été sélectionnés et, sur chacun, une longueliste de propositions concrètes est énumérée. On y retrouve :
> l’amélioration des conditions de travail en ETA (formation à la gestion du stress, applications ergonomiques, etc.),
> l’attention aux personnes handicapées les plus fragiles (développer en ETA des cellules de maintien en emploi, renforcer les collaborations avec l’enseignement spécial,etc.),
> accès des ETA aux marchés publics,
> accès des ETA au statut de société à finalité sociale,
> harmonisation et simplification des subventions aux ETA (passage au quota d’emploi subsidiable calculé en heures),
> collaborations de l’Awiph avec le Forem et avec l’enseignement de promotion sociale,
> renforcer l’accompagnement individuel par le Forem et l’Awiph,
> développer des structures intermédiaires entre l’ETA et les centres occupationnels,
> envisager des quotas obligatoires d’emploi de personnes handicapées dans les entreprises classiques ou des formules alternatives,
> etc.
1 Cabinet : Luc Borlée, rue des Brigades d’Irlande 4 à 5100 Jambes, tél. : 081 32 34 11, fax : 081 43 44 29.

Thomas Lemaigre

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)