Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Changer le regard sur l'homosexualité

Le combat de Tels quels jeunes pour faire évoluer les mentalités sur l’homosexualité.

15-02-2013 Alter Échos n° 354

Tels quels jeunes1 défend les droits des Lesbiennes, Gays, Bi et Transsexuels. Mais c’est surtout l’application de ces droits et le changement des mentalités qui mobilise cette association de militants.

Pendant qu’en France on s’étripe sur le « mariage pour tous », le Conseil de la jeunesse publiait un avis sur « l’inclusion sociale des jeunes LGBT (Lesbiennes, gays, bi, transsexuels) ». Le cosignataire de l’avis était l’association Tels quels jeunes, organisation de jeunesse militante qui défend les droits des jeunes LGBT.

La Belgique est souvent considérée comme un modèle dans l’octroi de droits aux minorités sexuelles. Quels sont donc les combats que doivent encore mener les jeunes LGBT en Belgique ? Tels quels jeunes donne quelques pistes de réponse.

L’asbl, reconnue comme Organisation de jeunesse depuis 2009, a suggéré au Conseil de la Jeunesse de rédiger cet avis. C’est ce qu’explique Philippe Artois, président de l’association : « Nous avions remarqué que les LGBT n’étaient pas vraiment dans les priorités du Conseil de la Jeunesse. Nous avons donc proposé de mettre en place des tables rondes qui ont abouti à cet avis assez général. »

Une mesure phare émerge de l’avis : « Intégrer les diversités sexuelles dans les animations d’éducation à la vie affective et sexuelle et intégrer ces modules dans le cadre des cours généraux. » Une recommandation qui intervient en pleine réforme de l’Evras (éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle) et qui correspond aux missions de l’association, très présente sur le terrain de la sensibilisation.

« Pas vraiment besoin de nouvelles lois »

Tels quels jeunes se rend souvent dans les écoles pour proposer des séances d’information. Car l’enjeu est de taille, comme l’affirme Philippe Artois : « En Belgique, il n’y a pas vraiment besoin de lois en plus pour protéger les droits des minorités sexuelles. Ce qu’il faut, c’est appliquer les lois et surtout, changer le regard des gens pour qu’ils acceptent l’homosexualité. » Un travail de tous les jours face aux préjugés qui ont la vie dure.

Quant aux jeunes qui assistent aux animations, ils ne sont pas forcément hostiles, mais plus souvent moqueurs. C’est ce que nous apprend le président de l’asbl : « Il n’y a pas forcément d’homophobie, explique-t-il. Mais l’homosexualité reste une cause de raillerie dans les groupes. La méconnaissance est tellement grande. Très vite, lorsqu’on aborde ces questions, viennent des débats sur la virilité sur les homosexuels vus comme « efféminés » ou sur la notion de genre. La méconnaissance concerne aussi l’égalité des sexes ou la transmission des MST. »

L’idée de Tels quels jeunes est bien de créer le débat, d’écouter ce que les jeunes ont à dire sur le sujet, afin de ne pas les braquer. « Nous partons toujours d’un média. Un article, une vidéo, une BD, détaille Philippe Artois. Nous ne voulions pas faire de témoignage, car ça déforce le discours. Nous ne souhaitons imposer aucune idéologie mais écouter ce que ressentent les jeunes. Puis nous tentons de répondre à leurs questions. »

Tels quels jeunes participe à plus d’une centaine d’animations dans les écoles. L’association forme aussi des professionnels – notamment issus du secteur jeunesse.

À ceux qui pourraient y voir une forme de communautarisme, Philippe Artois répond : « Nous sommes une organisation de jeunesse qui travaille sur une thématique donnée. L’homophobie, la transphobie. Nous ne sommes pas une association exclusivement communautariste car nous nous adressons à tous les jeunes et à tous les professionnels. »

1. Tels quels jeunes :
– adresse : rue du Marché au charbon, 81 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 512 45 87
– courriel : info@tqj.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)