Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Enseignement

Bientôt une « école pour tous et pour chacun » ?

Parmi les grands chantiers du Pacte pour un enseignement d’excellence figure celui d’une école plus inclusive. C’est demain – soit en septembre 2021 – qu’une grande réforme en la matière doit voir le jour. Mais face au peu d’informations dont il dispose, le secteur redoute une «réforme pansement» visant à rectifier les dérapages du passé, sans réel projet d’inclusion.

© Flickrcc Steve Loya

La nouvelle est tombée comme un couperet pour Béatrice Barbier cet été. À quelques semaines de la rentrée, la directrice de l’école spécialisée Les Chardons apprenait, par voie de circulaires, la suppression des intégrations temporaires totales (ITT) à compter du 1er septembre. Une annonce qui signait, d’un seul coup, la fin d’un mécanisme permettant à des élèves dits à «besoins spécifiques» de bénéficier de l’accompagnement ponctuel et personnalisé d’un enseignant du spécialisé, tout en restant dans l’ordinaire.

Béatrice Barbier, qui préside aussi l’association des directeurs de l’enseignement fondamental spécialisé libre, a aussitôt saisi son clavier d’ordinateur pour écrire à la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), et lui faire part de ses inquiétudes. «On avait eu vent du fait qu’une réforme se préparait au niveau des intégrations, mais ça restait très vague. J’ai voulu tirer la sonnette d’alarme, car, en toute logique, la suppression des ITT et l’implémentation de la réforme auraient dû se produire en même temps», explique la directrice.

La suppression des ITT est en effet la première étape d’une grande réforme, prévue dans le cadre du Pacte pour un enseignement d’excellence. Pourquoi réformer? C’est qu’en matière d’inclusion à l’école, la Belgique a un problème – et elle le sait. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le nombre d’élèves dans l’enseignement sp...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

La nouvelle est tombée comme un couperet pour Béatrice Barbier cet été. À quelques semaines de la rentrée, la directrice de l’école spécialisée Les Chardons apprenait, par voie de circulaires, la suppression des intégrations temporaires totales (ITT) à compter du 1er septembre. Une annonce qui signait, d’un seul coup, la fin d’un mécanisme permettant à des élèves dits à «besoins spécifiques» de bénéficier de l’accompagnement ponctuel et personnalisé d’un enseignant du spécialisé, tout en restant dans l’ordinaire.

Béatrice Barbier, qui préside aussi l’association des directeurs de l’enseignement fondamental spécialisé libre, a aussitôt saisi son clavier d’ordinateur pour écrire à la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), et lui faire part de ses inquiétudes. «On avait eu vent du fait qu’une réforme se préparait au niveau des intégrations, mais ça restait très vague. J’ai voulu tirer la sonnette d’alarme, car, en toute logique, la suppression des ITT et l’implémentation de la réforme auraient dû se produire en même temps», explique la directrice.

La suppression des ITT est en effet la première étape d’une grande réforme, prévue dans le cadre du Pacte pour un enseignement d’excellence. Pourquoi réformer? C’est qu’en matière d’inclusion à l’école, la Belgique a un problème – et elle le sait. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le nombre d’élèves dans l’enseignement sp...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Clara Van Reeth

Clara Van Reeth

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)