Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Culture

Baisser de rideau pour le collectif AuQuai

Le collectif d’artistes AuQuai a reçu l’ordre de quitter le bâtiment industriel qu’il occupe depuis sept ans, le long du canal à Molenbeek

Entre centre culturel improvisé et pépinière d’artistes alternative, le collectif AuQuai[x]1[/x] a reçu l’ordre de quitter le bâtiment industriel qu’il occupe depuis sept ans, le long du canal à Molenbeek

Trois Japonaises tirent leurs valises sur le trottoir dans un vacarme de roulettes. Au collectif AuQuai, on reste tout étonné de voir la valse des touristes danser depuis que l’hôtel Meiniger a ouvert ses portes, il y a quelques semaines à peine. « Quand le Collectif AuQuai a investi le bâtiment, il y a six ans, il n’y avait même pas d’éclairage public en rue », confie Giada, la comédienne qui nous ouvre la porte de ce bâtiment industriel, coincé sur le Quai du Hainaut, entre le Dépôt Design et une entreprise de titres-services fraîchement inaugurée. Lentement mais sûrement, le quartier Ecluses-Ninove se rénove. Une dynamique dont le collectif AuQuai risque vraisemblablement d’être exclu. Le groupe d’artistes occupe l’usine abandonnée en vertu d’un contrat d’occupation précaire avec la Régie des bâtiments qui veut aujourd’hui récupérer son bien. Le préavis est tombé comme un couperet, laissant aux artistes jusqu’au 21 juillet pour plier bagage.

Un lieu culturel accessible

Au rez-de-chaussée, l’espace a été aménagé en salle de spectacle. Quelques palettes en bois délimitent le bar, éclairé par une collection de lustres disparates. Au premier étage, nous sommes accueillis par un mannequin en plastique qui porte un masque d’escrime. C’est ici que les artistes entreposent les accessoires récupérés à droite à gauche. Chacun est libre de se servir pour ses spectacles, explique Giada, désignant d’un geste les costumes bigarrés qui pendent sur une tringle.

Contrastant avec la vétusté des « loges », la salle de répétition apparaît vaste et lumineuse. Plancher au sol, peinture blanche sur les murs, doubles vitrages et isolant au plafond, elle fait la fierté des membres du collectif qui l’ont rénovée de leurs mains. En fonction des jours, on y croisera aussi bien une troupe de danse folklorique bolivienne qu’une bande d’équilibristes ou de yogis en train de se contorsionner. Cet espace de 100 m2 peut être loué par des groupes extérieurs pour la somme très modique de cinq euros pour une demie-journée. Mettre à disposition un espace de travail abordable pour des compagnies de jeunes artistes, qui ne bénéficient pas de réseaux officiels ou de subventions généreuses, fait partie de l’ADN même du projet.

Pour rappel, le Collectif AuQuai a été fondé en 2006 par des élèves sortis de Lassaad, l’école internationale du théâtre en mouvement, en quête d’un lieu de création. Si l’idée originale ne visait pas une forme d’habitat collectif, certains membres ont fini par y emménager pour assurer une présence continue et éviter les dégradations. Giada est l’une de ses gardiennes : « le collectif AuQuai, c’est un peu comme un petit système social qui, grâce à la récupération, au partage, nous a permis d’inventer un lieu de culture sans que l’argent soit une fin en soi. »

Ironie du sort, ce serait pour inaugurer un projet culturel d’un tout autre style que les artistes ont reçu leur préavis. Selon Jan Gypers, échevin de l’Environnement à Molenbeek (MR), la Régie des bâtiments projetterait d’y installer un musée littéraire. Ce projet n’enthousiasme guère la commune qui, dans le cadre du contrat de quartier Ecluses-Saint-Lazare, voudrait racheter le bâtiment pour créer du logement, éventuellement sous la forme d’un Community land trust. Auquel cas cela laisserait sans doute un peu de temps au Collectif de se retourner.

Microdico : Community land trust

Pour permettre l’accès à la propriété de personnes à revenus modestes, le concept de Community Land sépare la propriété du sol de la propriété du bâtiment. Le gouvernement bruxellois a récemment marqué son accord sur le développement de ce modèle d’inspiration anglo-saxonne qui sera institué dans le Code bruxellois du Logement.

1. Collectif AuQuai :
– adresse : quai du Hainaut, 23 à 1080 Bruxelles
– tél. : 0486 348 125
– courriel : auquai@gmail.com
– site : http://auquai.blogspot.be

Sandrine Warsztacki

Sandrine Warsztacki

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)