Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Atout Projet  : faire bouger les jeunes bruxellois

Créé par les échevins de la Jeunesse de Bruxelles, Atout Projet œuvre pour la cohésion sociale et la mobilité

01-04-2012 Alter Échos n° 335

Créé par les échevins de la Jeunesse de Bruxelles, Atout Projet1 œuvre pour la cohésion sociale. Son fil conducteur  : la mobilité desjeunes.

L’an passé, des jeunes ont découvert « Bruxelles autrement ». Ils ont sillonné la capitale à vélo. Sont allés à Uccle, auplateau d’Avijl. L’opération « thermos » a bénéficié de leur aide précieuse. Ils se sont rendu à l’expo « notreterre » à Tour et Taxis. A chaque fois, ils sortaient un « Nagra » et interviewaient des gens. Ils apprenaient à utiliser « l’outilradio » pour raconter leurs pérégrinations. Mais surtout, ils sortaient du quartier dans lequel ils restent trop souvent enfermés. « Bruxellesautrement » fut l’une des nombreuses initiatives d’Atout Projet, une asbl peu connue.

Dix-neuf échevins autour d’un projet

Atout Projet est une association un peu particulière. C’est un projet bruxellois, subsidié en grande partie par la Commission communautaire française (Cocof). Elle regroupe enson conseil d’administration les dix-neuf échevins de la Jeunesse de la Région.

Des échevins aux manettes, depuis le début, dans les années ’80. Isabelle Decaminada, coordinatrice de projet, se souvient  : « Le but premier était queles échevins se rencontrent pour élaborer une politique commune et des actions communes. » De politique commune, il n’y en a point. Mais de nombreuses actions ont vu le jour.Chaque année, les cinq salariés de l’asbl s’attellent à monter six projets qui réunissent environ trois cents jeunes de la capitale.

Atout Projet compte sur son réseau. Vingt-trois animateurs sont détachés dans différentes organisations locales. Il peut s’agir d’un service d’Aide en milieu ouvert,d’une maison de jeunes, d’une maison de quartier ou du service jeunesse de la commune. Ce sont ces animateurs qui fidélisent le public, qui créent la confiance pour les attirer plusfacilement vers des projets intercommunaux.

« Certains n’ont jamais vu la Grand-Place »

Une caractéristique d’Atout Projet est son caractère intercommunal. Pour qu’un projet soit monté, il faut qu’au moins trois partenaires de communes différentes selancent dans l’aventure. La dimension « mobilité » se lit en filigrane de toutes les activités de l’association. « Dans tous nos projets, il faut sedéplacer », explique Isabelle Decaminada.

Pour elle, l’enjeu essentiel du travail d’Atout Projet est le suivant  : « C’est la cohésion sociale. Il faut amener ces jeunes vers l’autonomie, vers l’ouverture àd’autres et leur donner accès à des choses auxquelles ils n’ont pas accès. » Elle déplore que dans certains quartiers, « les gens se replient, nesortent jamais de leur environnement. Ils ont des préjugés sur les autres quartiers et ressentent de l’insécurité quand ils en sortent. Certains jeunes n’ont jamais vu laGrand-Place, ne sont jamais allés à la mer. Il faut donc créer de la confiance, ce que les animateurs font, puis identifier ce dont le jeune a besoin et répondre àce besoin par une offre de qualité. »

L’offre en question est assez variée et tourne autour de projets culturels ou sportifs. En 2012, les jeunes participeront, par exemple, à un projet de sport urbain, en partenariatavec la X-treme team. Ils s’initieront au « Parkour », ces déplacements spectaculaires dans la ville, faits de sauts et d’esquives, où le milieu urbain estexploité à des fins de mobilité rapide. D’autres travailleront le théâtre, en créant des saynètes parodiques sur le thème de latélé. D’autres encore partiront à la découverte de la promenade verte sur des vélos d’occasion qu’ils auront eux-mêmes rafistolés.

Les jeunes de 6 à 18 ans sont visés par les activités d’Atout Projet. « Mais le public prioritaire est en situation de précarité », ajoutela coordinatrice. Néanmoins, si les enfants répondent souvent présents, Isabelle Decaminada constate que mobiliser des adolescents est de plus en plus difficile  : mêmequand les stages sont conçus à leur demande, il arrive souvent qu’ils ne viennent pas. Peut-être qu’il y a trop d’offres sur Bruxelles. Mais je pense surtout que beaucoup sontdans une attitude de consommation pure d’activités  ; ils préfèreront celles qui ont un faible contenu pédagogique. »

Quoi qu’il en soit, Atout Projet n’a pas dit son dernier mot. L’asbl est le lieu de rencontre de tous les échevins de la Jeunesse de la Capitale. Elle pourrait un jour devenir l’embryond’une politique de Jeunesse bruxelloise. « C’est vrai qu’il y a un désir d’aller plus loin, lâche Isabelle Decaminada. L’asbl est un lieu de discussion. Les échevinstravaillent à l’idée d’une politique de la jeunesse bruxelloise. Cela avancera après les élections. »

1. Atout Projet :
– adresse : avenue Henri Jaspar, 92 à 1060 Bruxelles
– tél.  : 02 544 06 67
– courriel  : atoutprojet@atoutprojet.be
– site  : www.atoutprojet.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)