Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

“À quoi servent les inventaires de logements vacants des AIS ?”

12-04-1999 Alter Échos n° 50

Aux termes de l'arrêté du gouvernement wallon du 4 juillet 1996, la création d'une AIS (agence immobilière sociale) est conditionnée par l'obligation de«procéder d'une part à l'inventaire permanent des besoins des personnes sans logement, et d'autre part à l'inventaire des immeubles inoccupés ainsi qu'à lamise en œuvre active des moyens pour réaliser leur occupation».L'inventaire vise donc les logements vacants, soit ceux qui ne sont pas occupés dans les six mois à un an. Pour identifier ces logements, la méthode consiste à exploiterles informations recueillies auprès des compagnies de distribution d'eau (ou d'électricité), des agents de quartier, de la Poste, etc. Depuis 1997, la plupart des AIS wallonnesse sont lancées dans le recensement des logements inoccupés.Comment procède-t-on ensuite ? A Namur1, Mons 2 et Liège 3, les responsables d'AIS pensent que la méthode consensuelle est une mesure plus efficace que le droit deréquisition des immeubles inoccupés. L'objectif reste le même : prendre en gestion des logements de propriétaires privés pour les mettre à disposition depersonnes ayant peu de revenus. Cependant, l'approche est moins abrupte et est donc plus su...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)