Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

À la recherche de Mr X : quand les jeunes se mêlent

Allier découverte de l’autre et découverte de l’espace urbain : tel est le défi que vont prochainement relever 200 jeunes issus de 8 communes bruxelloises.Initié par l’AMO Samarcande1 d’Etterbeek et SOS Jeunes Quartier libre2, le jeu « Bruxelles X »3 espère susciter d’autresinitiatives de décloisonnement des jeunes dans leur quartier.

27-02-2009 Alter Échos n° 268

Allier découverte de l’autre et découverte de l’espace urbain : tel est le défi que vont prochainement relever 200 jeunes issus de 8 communes bruxelloises.Initié par l’AMO Samarcande1 d’Etterbeek et SOS Jeunes Quartier libre2, le jeu « Bruxelles X »3 espère susciter d’autresinitiatives de décloisonnement des jeunes dans leur quartier.

« Quels lieux souhaitez-vous placer sur notre carte ? », introduit Mr X, affublé de son queue-de-pie noir et son chapeau haut-de-forme en dessinant maladroitement la capitalesur le tableau de l’AMO Samarcande. « Madame Arena, une idée ? Ou Monsieur De Vos, peut-être ? » Le comité présent se prend rapidement au jeu. MannekenPis, la Grand-Place, la gare Centrale, Zaventem, etc. Pas trop d’imagination dans l’assemblée ! Car ce jeu, projet pilote faisant suite à la recherche-action « Jeunesen ville, Bruxelles à dos ? »4 coordonnée par Inter-Environnement Bruxelles, propose bien plus que les clichés habituels.

En effet, les 200 jeunes de 16 à 20 ans qui participeront aux quatre journées prévues déambuleront dans des endroits de culture, sports ou documentation qu’ilsn’ont pas forcément fréquentés jusqu’à présent. Recyclart, Amnesty International, le Théâtre Océan Nord ou encore le journal LeSoir : un parcours dans la ville où chaque équipe est munie d’une carte de la STIB. Car pas question de passer outre le défi environnemental, soit de sedébrouiller dans sa ville avec les transports en commun. « Pourquoi les jeunes ne bougent-ils pas ? Ils vous répondent que les transports sont trop chers et même si cesderniers leur sont offerts, certains ne voudront tout de même pas bouger », ironise la ministre de la Politique des grandes villes. Avec « Bruxelles X », pas d’autre choix quede bouger tout en se cultivant un rien, ce qui ne fait pas de tort au passage…

Au-delà du jeu, la réflexion

Si le délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos, souligne à juste titre l’importance du côté ludique dans unesociété largement orientée sécurité, les initiateurs comptent bien aller au delà des quatre journées-pilotes. « Le jeu n’est que le pointde départ et non une fin en soi car il nous faudra évaluer si la formule est concluante pour mixer des populations qui ne se côtoient pas voire se craignent mutuellement »,commente la directrice de l’AMO, Madeleine Guyot. Comme de fait, dès que l’on s’attarde un rien sur les cartes mentales [NDLR : représentations sur papier de leurquartier] réalisées par les jeunes dans le cadre de la recherche-action, les résistances apparaissent.

« J’ai toujours habité dans la même maison, dans la rue Bara à Anderlecht. J’ai 15 ans. Je vais à l’Institut Notre-Dame, rue Jarez. Dans monquartier, je me sens à l’aise en général, pas rejeté. Sortir dans un autre quartier est difficile. J’ai peur de me faire agresser », écrit Moussa.Afin de ne pas rater le coche de la mise en commun, la journée se termine par un debriefing sous forme de quatre ateliers : photo, radio, vidéo et écriture. Les cinquantejeunes par journée se retrouvent dans le bus de la sensibilisation mis à disposition par le délégué général aux droits de l’enfant. Le tempsd’un échange autour d’un thème porteur comme la mobilité par exemple. Au terme des quatre journées, ce sont les 200 participants qui, le 22 avril,échangeront en plénière sur les expériences vécues.

1. AMO Samarcande :
– adresse : rue de Theux, 51-53 à 1040 Bruxelles
– tél. : 02 647 47 03
– courriel : samarcande@skynet.be
– site : www.samarcande.be
2. SOS Jeunes Quartier libre :
– adresse : rue Mercelis, 27 à 1050 Bruxelles
– tél. 02 512 90 20
– courriel : contact@sosjeunes.be
– site : www.sosjeunes.be
3. Site du jeu : www.bruxellesx.com

4. Une recherche-action menée auprès d’une trentaine de jeunes issus de quartiers populaires ou huppés, âgés de 15 à 20 ans. Ils étaientinvités à dessiner la « carte mentale » de leur ville. Une initiative menée par l’AMO Samarcande, SOS Jeunes, Inter-Environnement Bruxelles et la sociologue JulieCailliez de l’ULB.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)