Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Accompagnement et relogement : qui est le parent pauvre du couple ?

Est-il suffisant de reloger des sans-abri pour permettre leur réinsertion dans la société ? L’étude menée par le relais social de Charleroi1 démontre que l’accompagnement social y est prépondérant.

27-04-2012 Alter Échos n° 336

Est-il suffisant de reloger des sans-abri pour permettre leur réinsertion dans la société ? L'étude menée par le relais social de Charleroi1 démontre que l'accompagnement social y est prépondérant.
Pour de nombreux acteurs de terrain, l'accès au logement décent pour les sans-abri est un premier pas dans la direction de la réinsertion. « La réintégration par le logement doit être envisagée comme une solution structurelle », soulignait Suzanne Huygens, coordinatrice du relais social de Charleroi, à la fermeture des plans hiver. Une affirmation qui trouve écho dans les propos de Marjorie Lelubre, chargée de recherche au relais social carolo qui mène, depuis deux ans, une analyse sur l'accompagnement social dans le logement. Le temps y est un élément essentiel. Parce que les habitudes font que les murs sont plus que de simples barrières physiques. Un accompagnement social des sans-abri est dès lors considéré comme souvent indispensable. A la mi-parcours, la chercheuse tire un bilan du travail accompli. « Nous avons constaté la diversité de l'accompagnement social sur le terrain », explique-t-elle. Les modèles préalablement établis se sont mués en formes hybrides afin de s'adapter aux sujets, à leurs envies et à leurs besoins. Accompagnement = assistanat ?L'accompagnement social est-il un frein à l'autonomie ? Le lien de cause à effet entre l'un et l'autre est révoqué. Au contraire,...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Est-il suffisant de reloger des sans-abri pour permettre leur réinsertion dans la société ? L'étude menée par le relais social de Charleroi1 démontre que l'accompagnement social y est prépondérant.
Pour de nombreux acteurs de terrain, l'accès au logement décent pour les sans-abri est un premier pas dans la direction de la réinsertion. « La réintégration par le logement doit être envisagée comme une solution structurelle », soulignait Suzanne Huygens, coordinatrice du relais social de Charleroi, à la fermeture des plans hiver. Une affirmation qui trouve écho dans les propos de Marjorie Lelubre, chargée de recherche au relais social carolo qui mène, depuis deux ans, une analyse sur l'accompagnement social dans le logement. Le temps y est un élément essentiel. Parce que les habitudes font que les murs sont plus que de simples barrières physiques. Un accompagnement social des sans-abri est dès lors considéré comme souvent indispensable. A la mi-parcours, la chercheuse tire un bilan du travail accompli. « Nous avons constaté la diversité de l'accompagnement social sur le terrain », explique-t-elle. Les modèles préalablement établis se sont mués en formes hybrides afin de s'adapter aux sujets, à leurs envies et à leurs besoins. Accompagnement = assistanat ?L'accompagnement social est-il un frein à l'autonomie ? Le lien de cause à effet entre l'un et l'autre est révoqué. Au contraire,...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Valentine Van Vyve

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)