Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

La CGER1 s’est pliée, comme chaque année, à l’exercice des statistiques sur les opérations immobilières. Cela nous donne, en 1997, un chiffre d’affaires de 510milliards (soit 11 % de mieux qu’en 1996) se répartissant en 13,6 % pour Bruxelles, 24,3 % pour la Wallonie et 62,1 % pour la Flandre.
En ce qui concerne les types de propriété, la part des habitations unifamiliales ne cesse de croître (50,7 %), les appartements stagnent à 16,9 % alors que les terrainsà bâtir ne représentent plus que 9,9 %. A la grosse louche, les tendances régionales se confirment : les maisons se vendent en Flandre (57,6 %, + 9 %), les appartementsà Bruxelles (+ 18 %, soit 61 % du marché bruxellois) et les terrains à bâtir en Wallonie (34 %)2.
Quant aux ventes de gré à gré, l’indice CGER pour des petites et moyennes habitations augmente de 4 %, ce qui donne un prix moyen de 2.756.000 francs. A l’échellerégionale, cela nous donne une augmentation de 6 % en Wallonie (2.411.000 francs), de 5 % à Bruxelles et de 2 % en Flandre (2.855.000 francs). Plus précisément, en Wallonie,c’est à Ath (+15 %) et à Waremme (+12 %) que l’on constate la plus grande augmentation, suivies par Nivelles et Philippeville (+ 9 %). Virton (+1 %), Soignies et Marche-en-Famenne (+2 %)«stagnent».
1 Guide des valeurs immobilières, mai 1998, CGER, rue du Fossé-aux-Loups 48 à 1000 Bruxelles, tél. : 02/228 81 72, fax : 02/228 83 89. Ce guide restitue en détaill’évolution des marchés immobiliers par type de biens et par arrondissements et agglomérations.
2 Le marché du terrain à bâtir est quelque peu souffreteux en Flandre dans la mesure où l’obligation d’un réseau séparé d’évacuation des eauxoccasionne un surcoût de 100 à 150 fr/m2 et que la mise en place d’un prochain plan de structure entraînerait la limitation des parcelles (25 habitations/ha en zone urbaine et 15habitations/ha en zone rurale).

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)