Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Le sale boulot des travailleurs des déchets

Alter Échos n° 368 25 octobre 2013 Marinette Mormont

Éboueur est l'un des quinze métiers les moins bien payés en Belgique 1. Pourtant cette profession, tout comme d'autres dans le secteur, est non seulement pénible mais aussi très peu valorisée.

« Nous sommes en juillet, il est 4 h 30 du matin et je commence ma première tournée comme chargeur de poubelles (...). Quand je rentre en cabine, appelée aussi cockpit, une odeur très forte m'envahit, qui ne me quittera plus de la journée. » C'est ainsi que débute le récit de Frédéric Michel, sociologue, qui nous livre un témoignage éloquent sur la pénibilité après s'être fait engager comme éboueur pend...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Éboueur est l'un des quinze métiers les moins bien payés en Belgique 1. Pourtant cette profession, tout comme d'autres dans le secteur, est non seulement pénible mais aussi très peu valorisée.

« Nous sommes en juillet, il est 4 h 30 du matin et je commence ma première tournée comme chargeur de poubelles (...). Quand je rentre en cabine, appelée aussi cockpit, une odeur très forte m'envahit, qui ne me quittera plus de la journée. » C'est ainsi que débute le récit de Frédéric Michel, sociologue, qui nous livre un témoignage éloquent sur la pénibilité après s'être fait engager comme éboueur pend...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Marinette Mormont


Notice: Undefined variable: user in /home/alterechos/public_html/wp-content/themes/alter-echos-2016/author_card.php on line 11

Notice: Trying to get property of non-object in /home/alterechos/public_html/wp-content/themes/alter-echos-2016/author_card.php on line 11
Originaire d’Arlon, « le trou de la Belgique », Marinette pense un moment devenir guide de montagne ou Tintin reporter avant de s’orienter vers des études d’histoire. Qui l’aménent au final à faire du journalisme parce que, dixit, elle ne sait faire que ça… À ses yeux, le social est un savant mélange d’attention à l’autre et de justice avec un grand J. Et l’information ? C’est parler du manque de prise en compte de l’autre et du manque de justice. Contact : marinette [dot] mormont [at] alter [dot] be

A la Une