Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement


  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook


single-alter-echos.php

Emploi et formation

Chômage, le péril jeune ?

  • 366
  • Par Julien Winkel
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Les stages et les allocations d’attente ont changé. Objectif avoué : inciter les jeunes à se lancer dans le monde de l’emploi. Certains craignent que ces mesures fragilisent un public déjà bien mal en point.

L’emploi des jeunes, on ne parle plus que de ça. Partout en Europe, le sujet est devenu la nouvelle marotte d’un grand nombre de gouvernements. Et l’Union européenne n’est pas en reste, elle qui vient de débloquer 120 millions d’euros pour la Belgique dans le cadre de la « Youth Guarantee » (voir encadré). Mais qui dit emploi dit aussi chômage. Car si l’on parle des jeunes à l’heure actuelle, ce n’est pas parce ceux-ci croulent sous les opportunités de travail, mais plutôt parce qu’ils peinent à en trouver. Au point que certains parlent aujourd’hui de bombe sociale à retardement.

C’est dans ce contexte troublé que la Belgique a décidé il y a près de deux ans de modifier ce qu’on appelait jusqu’alors le stage et les allocations d’attente. Un système qui permettait – et permet toujours – à une personne sortant des études de bénéficier d’une allocation sans avoir travaillé ni cotisé (ou peu, voir encadré). Parmi les conditions à remplir : passer par une période d’attente – appelée stage – où l’on ne touche pas d’argent. Et s’inscrire comme demandeur d’emploi au sortir de ses études, avant d’avoir atteint l’âge de 30 ans.

« Carnage » en vue ?

Depuis le 1er janvier 2012, il ne faut donc plus dire stage d’attente et allocation d’attente, mais stage d’insertion professionnelle et allocation d’insertion professionnelle. Attention : le toilettage du système n’a pas été que sémantique. D’autres modifications ont été apportées. Ce qui est dorénavant le stage d’insertion a été allongé et les allocations ont été limitées à trois ans. But de l’opération d’après le cabinet de Monica De Coninck (SP.a), ministre fédérale de l’Emploi : inciter les jeunes à se lancer dans le monde de l’emploi, à plus forte raison alors que la Belgique « est le seul pays où l’on perçoit des allocations sans jamais avoir cotisé ». Autre point important : depuis le 1er août 2013, les jeunes en stage d’insertion sont également contrôlés par l’Onem (Office national de l’emploi) aux septième et onzième mois du stage (voir encadré). Objectif : vérifier que les jeunes cherchent du travail. Et bien évidemment les inciter à en trouver plus vite.

Mais de l’autre côté de la barrière, notamment du côté des syndicats et du Conseil de la jeunesse1, on voit les choses autrement. Pour beaucoup, ces mesures risquent de fragiliser des jeunes déjà bien mal en point sur le marché du travail. Elles diffuseraient de plus l’image de jeunes paresseux à qui « on doit donner un coup de pied au cul pour trouver du travail », d’après Pierre Ledecq, permanent national Jeunes CSC. « Il s’agit d’une forme de régression qui ne sert à rien. On dit que l’on va activer les chômeurs, plutôt que de chercher à créer de l’emploi. En prolongeant le stage d’insertion, on retarde l’entrée des jeunes sur le marché de l’emploi et on augmente les risques de dépendance de ceux-ci vis-à-vis de leur famille », continue-t-il. Un avis que partage le Conseil de la jeunesse1 où l’on fait remarquer que « beaucoup de jeunes ont du mal à couvrir leurs frais de recherche d’emploi ». Le fait d’avoir prolongé le stage d’insertion et donc retardé l’accès aux allocations d’insertion serait une mauvaise chose. Ce que confirme le cabinet d’Évelyne Huytebroeck (Écolo), ministre de la Jeunesse à la Communauté française. « Il suffit de prendre connaissance des (trop rares) travaux sur le phénomène “Tanguy” (NDLR : du nom de ce film mettant en scène un “jeune” de près de 30 ans vivant encore chez ses parents) pour comprendre les effets pervers de cette mesure », nous dit-on.

Des effets pervers qui pourraient d’ailleurs se transformer en « carnage » à partir du 1er janvier 2015, si l’on en croit les jeunes FGTB. C’est en effet la date à laquelle les premières fins d’allocation d’insertion seront enregistrées. « Les jeunes sont très mal informés. Beaucoup n’ont pas de vision globale de ce qui va leur arriver et des démarches qu’ils sont censés accomplir », s’inquiète Angela Sciacchitano, coordinatrice wallonne des jeunes FGTB, chiffre à l’appui. Pour elle, 100 000 personnes seraient ainsi concernées par la mesure rien qu’en Wallonie.

Pas d’économies contre-productives

Malgré ces prédictions apocalyptiques, le cabinet de Monica De Coninck maintient : il s’agit d’inciter les jeunes à chercher de l’emploi. Et surtout pas de faire des économies. Rappelons toutefois que la décision d’effectuer un contrôle des jeunes au septième et onzième mois du stage d’insertion avait été prise à l’issue du conclave budgétaire de mars 2013. Et qu’elle était censée générer une économie de 61,8 millions d’euros en 2014… « Il ne s’agissait pas de faire d’économies contre-productives. Nous n’avons d’ailleurs économisé que 29 millions », se défend le cabinet De Coninck qui déclare avoir largement assoupli le système depuis son annonce. À titre d’exemple, il fallait initialement deux évaluations positives consécutives, lors de ces contrôles, pour accéder aux allocations d’insertion. Ce qui n’est plus le cas (voir encadré) et expliquerait le moindre montant d’euros économisé.

Néanmoins, beaucoup pestent sur le signal donné par ces contrôles. Pour Pierre Ledecq, l’objectif de la ministre n’est pas de faire des économies, mais d’envoyer un message au public : les jeunes sont tenus de se serrer la ceinture comme tout le monde. Et tant pis si cela les fragilise encore un peu plus. Une charge qui pousse le cabinet de Monica De Coninck à botter en touche… en direction des Régions. Pour « adoucir » l’effet de ces contrôles, « Il faut investir dans l’accompagnement des jeunes demandeurs d’emploi », nous dit-on. Un accompagnement qui, rappelons-le, est mené par les services régionaux comme Actiris, le Forem ou le VDAB.

Témoin de cette volonté d’impliquer les services régionaux : la ministre fédérale de l’Emploi a prévu – dans un « Plan de lutte pour l’emploi » daté de juin 2012 – la mise en place de 10 000 stages rémunérés destinés aux jeunes en stage d’insertion (voir encadré). À charge pour les Régions de les proposer aux jeunes. Et donc de les créer avec les fonds fédéraux prévus à cet effet, estimés à 41,8 millions si d’aventure les 10 000 stages prévus devaient voir le jour. Des stages au nombre de 3900 en Wallonie, 1650 à Bruxelles et 4450 en Flandre.

Ici encore des voix s’élèvent pour pointer certains risques. Le cabinet Huytebroeck craint ainsi que le stage « contribue à retarder le moment où les jeunes peuvent réellement s’insérer sur le marché de l’emploi et avoir un statut suffisamment sécurisant pour se lancer dans la vie ». Le Conseil de la jeunesse redoute quant à lui des « effets d’aubaine » pour les employeurs. Ceux-ci pourraient être tentés de ne prendre des jeunes en stage que pour bénéficier d’un travailleur à bon marché, même si le Conseil souligne que « ces stages ne sont pas une mauvaise chose puisqu’ils pourraient mettre le jeune en contact avec le monde de l’emploi ». Autre point souligné, notamment par les syndicats : le risque de concurrence entre bénéficiaires des stages et les autres jeunes se trouvant sur le marché de l’emploi. Ce qui fait réagir le cabinet de Monica De Coninck. « Il faut prendre ce stage pour ce qu’il est. C’est un stage pour une période définie, pour un public défini », nous dit-on.

La Wallonie plus scrupuleuse ?

À Bruxelles, les stages rémunérés devraient être mis en place dès le 1er octobre, même s’il est impossible de savoir combien de stages ont déjà été créés. C’est là l’un des défis qui attend les Régions : trouver des employeurs prêts à accueillir les jeunes. « Il est clair qu’il est impératif pour les Régions de trouver des places de stages. Mais les entreprises auront aussi leur responsabilité », prévient Philippe Mattart, chef de cabinet d’André Antoine (CDH), ministre de l’Emploi de la Région Wallonne. Une Région wallonne qui est présentée comme étant à la traîne par rapport à ses consœurs en ce qui concerne les mises en place des stages rémunérés. « Nous avons peut-être été plus scrupuleux que les autres, ce qui peut expliquer ce retard, détaille Philippe Mattart. Nous sommes passés devant les organes consultatifs et puis devant le Conseil d’État. Cela prend du temps. 

Une autre raison pouvant expliquer ce délai tient dans le fait que la Région Wallonne planchait depuis quelque temps sur un autre projet : la formation alternée (80 % en entreprise, 20 % en centre de formation) des 18-25 ans disposant au maximum du certificat d’études secondaires supérieures. Un projet qui se rapproche grandement des stages mis en place par le fédéral. Il a donc fallu « intégrer » les deux dispositifs. Résultat des courses : le jeune pourra ainsi faire six mois de stages « façon De Coninck », avant d’enchaîner éventuellement sur 12 mois (2 fois six mois) de stages « façon Antoine ». La différence entre les deux dispositifs ? « Il n’y en a pas beaucoup, admet Philippe Mattart. Sauf que nos stages durent plus longtemps. »

Reste à espérer que tout cela restera bien lisible pour des jeunes qui s’y perdent déjà. « Peu d’entre eux s’intéressent à Actiris ou au Forem, ils sont perdus. Certains ne savent même pas qu’il faut s’inscrire comme demandeur d’emploi à la sortie des études », s’alarme-t-on au Conseil de la jeunesse.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014