Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

Un trajet de détention pour sortir de l'ombre

La Cocom a invité les acteurs de l’aide aux justiciables à exprimer leurs attentes quant à un futur plan stratégique pour une aide intégrée aux détenus bruxellois

En un siècle, on est passé d'une prison conçue comme un lieu de rédemption et d'isolement à une vision de la détention comme un temps devant être mis à profit pour préparer sa réinsertion dans la société. Dans ce contexte, maintenir le lien avec le monde extérieur est bien sûr essentiel. Cette question était au coeur des discussions menées à l'initiative de la Cocom en vue de créer un plan stratégique pour les détenus bruxellois. Mais c'est une autre actualité qui a retenu la Une des médias cette semaine. En réponse aux attentes des gardiens de prison, confrontés à une inflation de la violence et des tentatives d'évasion, la Chambre examinait un projet de loi de la ministre fédérale de la Justice, Annemie Turtelboom, aux relents plutôt sécuritaires

La grève du zèle menée par les agents pénitentiaires de Forest, en 2012, pour protester contre la surpopulation carcérale aura laissé des traces dans les esprits des travailleurs sociaux et des psychologues qui, pendant six mois, n'ont pas pu accéder à l'intérieur de la prison. « Les agents ont refusé de nous ouvrir malgré les injonctions de l'administration de la justice et de la direction. Quelle image cela donne-t-il de notre travail ? Aujourd'hui, on a le sentiment que nos services sont à peine tolérés. On a parfois du mal à faire comprendre l'importance de notre mission », s'emporte Benoit Englebert, président de la Fédération ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En un siècle, on est passé d'une prison conçue comme un lieu de rédemption et d'isolement à une vision de la détention comme un temps devant être mis à profit pour préparer sa réinsertion dans la société. Dans ce contexte, maintenir le lien avec le monde extérieur est bien sûr essentiel. Cette question était au coeur des discussions menées à l'initiative de la Cocom en vue de créer un plan stratégique pour les détenus bruxellois. Mais c'est une autre actualité qui a retenu la Une des médias cette semaine. En réponse aux attentes des gardiens de prison, confrontés à une inflation de la violence et des tentatives d'évasion, la Chambre examinait un projet de loi de la ministre fédérale de la Justice, Annemie Turtelboom, aux relents plutôt sécuritaires

La grève du zèle menée par les agents pénitentiaires de Forest, en 2012, pour protester contre la surpopulation carcérale aura laissé des traces dans les esprits des travailleurs sociaux et des psychologues qui, pendant six mois, n'ont pas pu accéder à l'intérieur de la prison. « Les agents ont refusé de nous ouvrir malgré les injonctions de l'administration de la justice et de la direction. Quelle image cela donne-t-il de notre travail ? Aujourd'hui, on a le sentiment que nos services sont à peine tolérés. On a parfois du mal à faire comprendre l'importance de notre mission », s'emporte Benoit Englebert, président de la Fédération ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Sandrine Warsztacki

Sandrine Warsztacki

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)