Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Territoire de Seraing : Optim@ déménage pour mieux poursuivre son travail de lutte contre l’exclusion

Le 27 mai dernier, l’asbl Optim@ inaugurait ses nouveaux locaux à proximité de l’hôtel de ville de Seraing1. Un événement à inscriredans un contexte doublement particulier. D’une part, la fin d’une législature. Un élément important pour les gestionnaires de l’association, engagée dansune action sociale et médicale, quand on sait que ses sources de financement à titre d’expérience pilote proviennent en partie de la Région wallonne et de laCommunauté française. D’autre part, le désengagement programmé du sidérurgiste Arcelor qui place les acteurs politiques, économiques et sociaux deSeraing, et en particulier Optim@, devant le défi d’une reconversion « colossale », comme l’a qualifiée le bourgmestre Guy Mathot.

27-07-2005 Alter Échos n° 166

Le 27 mai dernier, l’asbl Optim@ inaugurait ses nouveaux locaux à proximité de l’hôtel de ville de Seraing1. Un événement à inscriredans un contexte doublement particulier. D’une part, la fin d’une législature. Un élément important pour les gestionnaires de l’association, engagée dansune action sociale et médicale, quand on sait que ses sources de financement à titre d’expérience pilote proviennent en partie de la Région wallonne et de laCommunauté française. D’autre part, le désengagement programmé du sidérurgiste Arcelor qui place les acteurs politiques, économiques et sociaux deSeraing, et en particulier Optim@, devant le défi d’une reconversion « colossale », comme l’a qualifiée le bourgmestre Guy Mathot.

Depuis 2001, Optim@ anime un partenariat d’une soixantaine de services publics et privés implantés sur le territoire serésien avec pour perspective de faire reculer leslimites de la précarité et de l’exclusion. Le socle de cet objectif repose sur le travail d’un observatoire socio-économique. Le recueil et l’analyse desdonnées tant sur les besoins des habitants que sur les offres de services guident la mise en place concertée d’actions innovantes dans les domaines de la santé, du logementou encore de l’insertion socioprofessionnelle.

Observation, diagnostic, actions

« L’observation permet d’identifier les problématiques existantes », souligne Jean-Marie Delvoye, directeur de l’association. « Cette démarchenous a permis, entre autres, de constater qu’entre 2001 et 2002 le chômage avait augmenté de 7,4 % et que les quartiers les plus touchés étaient situés enpériphérie des sites industriels. Cette précarité économique est à mettre en parallèle avec des situations de plus en plus complexes oùl’on observe une perte d’autonomie, une dégradation de l’état de santé, l’apparition de certaines pathologies psychologiques et mentales, desrépercussions sur le bien-être des enfants avec des maladies plus fréquentes, de plus grandes difficultés scolaires et des problèmes de violences àl’école… Face à l’évolution à la hausse du chômage attendue à Seraing, de 22 % en 2001 à 26 % en 2009, ce diagnostic de lapopulation doit être envisagé de manière permanente pour bien identifier les problèmes avant d’envisager des réponses adéquates ».

Depuis sa création, Optim@ a impulsé une série d’actions avec les habitants des quartiers « Bas d’Ougrée » sur les questions de santé, dela lutte contre l’isolement, de la lutte contre le décrochage scolaire mais aussi avec les intervenants sociaux pour une mise en réseau intersectorielle. « Chacune de cesactions vise à mobiliser les habitants, favoriser le dialogue, créer des interactions et décloisonner l’intervention des professionnels ». On relèveraégalement, l’action emploi qui implique plus d’une vingtaine d’organismes implantés sur le territoire de la commune dans la construction d’un partenariat entreemployeurs et opérateurs de formation.

Optim@, un modèle ?

De l’avis d’experts et de responsables politiques, Optim@ est un modèle. « Cette intervention territoriale repose sur le partenariat », explique le professeur J.-J.Girardot, du laboratoire MTI@SHS de l’Université de Franche-Comté à Besançon, qui a mis au point la méthode Catalyse mise en œuvre par l’asblOptim@ pour accéder à une connaissance globale de la commune. « Il s’agit de confronter les besoins des habitants à l’offre de services offerts dans unenvironnement socioéconomique donné. Et quand je compare l’expérience Optim@ avec d’autres expériences étrangères reposant sur le mêmeprincipe et appliquant la même méthode, je constate que la collaboration entre personnes du terrain et institutions est bien réelle. Il est rare en effet que le partenariatdébouche sur de véritables collaborations. De même, tout le processus repose sur la participation des citoyens. Ici à Seraing elle est exemplative ». C’estaussi l’avis des ministres Écolo Nicole Maréchal (Santé) et Thierry Detienne (Affaires sociales), tous deux pourvoyeurs de fonds de l’expérience. «Optim@ intègre la logique de santé dans d’autres logiques comme celle du logement, de l’insertion et de l’emploi. En matière de santé communautaire,c’est un exemple en Communauté française d’autant que l’approche participative y est omniprésente ».

Perspectives d’avenir

Nicole Maréchal en a profité pour annoncer que la Communauté française renouvelait son soutien financier à Optim@ pour les cinq années à venir. Unenouvelle accueillie par les promoteurs de l’association avec soulagement puisque, dans un premier temps, leur demande de renouvellement n’avait pas reçu l’accord desautorités administratives de la santé en raison du caractère médical insuffisamment développé dans le projet. Thierry Detienne n’a pasété en mesure de faire la même annonce mais espérait bien un avis favorable de la commission d’insertion sociale. « Ce projet s’inscrit parfaitement dansle cadre du nouveau décret insertion sociale par ses aspects de mise en réseau d’acteurs publics et privés et de participation des usagers ». Quant à lareprésentante du ministre socialiste Courard (Emploi), elle a souligné le travail réalisé et l’importance de sa poursuite. Un OISP (organismed’insertion socioprofessionnelle) devrait d’ailleurs prochainement voir le jour, résultat d’une première identification des besoins sur le territoire. En effet, iln’y avait pas d’OISP à Seraing ce qui engendrait un obstacle pour les différents opérateurs de formation du réseau Optim@ dans la prise en charge globale desdemandeurs d’emploi.

1. Optim@ asbl, place Communale, 7 à 4100 Seraing, tél. : 04 385 13 99, courriel : optima@optima-obs.org, site : www.optima-obs.org

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)