Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Solutions wallonnes pour le handicap français

Les ministres wallonne et française, en charge de la personne handicapée, se sont rencontrées sur le thème de l’accueil des personnes handicapées françaises en Belgique.

Ce lundi 4 mars, la ministre de la Santé, de l’Egalité des Chances et de l’Action Sociale, Eliane Tillieux (PS), a rencontré la ministre française, Marie-Arlette Carlotti, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, sur le thème de l’accueil des personnes handicapées françaises en Belgique. Une rencontre sur le terrain avec l’asbl Les Aubépines, située à Sart-Risbart1, dans le Brabant wallon.
Découverte d’une chambre à coucher, d’une salle de douche ou de la salle à manger… l’importante délégation française a visité tout le centre « Les Aubépines », un service résidentiel pour adultes atteints du syndrome autistique. Une visite qui s’explique notamment par la proportion élevée de résidents français : « Parmi les 48 personnes accueillies, un quart vient de France, principalement de la région du Nord-Pas-de-Calais », explique le directeur de l’asbl, Joachim Ryhon. Et de clarifier rapidement, « mais aucun traitement de faveur entre les résidents ». Comme 96 autres services belges qui accueillent entre 3 500 à 5 000 personnes handicapées françaises, l’institution brabançonne trouve un avantage financier dans ce système binational. « Alors qu’un Belge reçoit une subvention de l’Awiph de 130 euros par jour, celle du Français s’élève à une somme comprise entre 160 et 220 euros, assumée par les Conseils Généraux et les Caisses Primaires d’Assurances Maladies de...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Ce lundi 4 mars, la ministre de la Santé, de l’Egalité des Chances et de l’Action Sociale, Eliane Tillieux (PS), a rencontré la ministre française, Marie-Arlette Carlotti, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, sur le thème de l’accueil des personnes handicapées françaises en Belgique. Une rencontre sur le terrain avec l’asbl Les Aubépines, située à Sart-Risbart1, dans le Brabant wallon.
Découverte d’une chambre à coucher, d’une salle de douche ou de la salle à manger… l’importante délégation française a visité tout le centre « Les Aubépines », un service résidentiel pour adultes atteints du syndrome autistique. Une visite qui s’explique notamment par la proportion élevée de résidents français : « Parmi les 48 personnes accueillies, un quart vient de France, principalement de la région du Nord-Pas-de-Calais », explique le directeur de l’asbl, Joachim Ryhon. Et de clarifier rapidement, « mais aucun traitement de faveur entre les résidents ». Comme 96 autres services belges qui accueillent entre 3 500 à 5 000 personnes handicapées françaises, l’institution brabançonne trouve un avantage financier dans ce système binational. « Alors qu’un Belge reçoit une subvention de l’Awiph de 130 euros par jour, celle du Français s’élève à une somme comprise entre 160 et 220 euros, assumée par les Conseils Généraux et les Caisses Primaires d’Assurances Maladies de...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Sophie Lapy

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)