Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
Focales

Samio, une alternative à l’IPPJ, une autre réponse à la délinquance

N° 11

Samio. C’est l’acronyme d’une appellation compliquée, comme le secteur de l’aide à la jeunesse en raffole : « sections d’accompagnement, de mobilisation intensifs et d’observation ». En plus simple, les Samio ont pour fonction d’être une alternative au placement en IPPJ. C’est relativement nouveau, peu connu mais novateur. Ici on fait le pari de répondre à des faits de délinquance grave par un suivi intensif du jeune dans son milieu familial et scolaire. On l’accompagne un moment dans sa vie, on ne le lâche pas. On amorce avec lui un changement dans le parcours de vie. Lancées en mars 2011 par l’ex-ministre Ecolo de l’Aide à la jeunesse Évelyne Huytebroeck, trois Samio se partagent le territoire de la Communauté française. Une à Bruxelles, deux en Wallonie. Nous avons rencontré l’équipe de Mons.