Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Peinture sur pylône : une formation très particulière du Forem

Installé depuis 1995 sur les bords du canal du Centre, face à l’ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu, le centre de compétences « Pigments » du ForemFormation1 s’est forgé une solide réputation en matière de peinture industrielle et de galvanoplastie2. Il est d’ailleurs le seul centre du genreagréé en Wallonie. De la monture de lunettes aux applications aéronautiques, rien ne lui échappe. Exception faite de la peinture en bâtiment et de la carrosserie.Depuis peu, il a ajouté une corde à son arc. En mars débute en effet une formation aux accents saisonniers3, pour un métier dangereux, en haute altitude :peintre pyloniste.

15-03-2007 Alter Échos n° 225

Installé depuis 1995 sur les bords du canal du Centre, face à l’ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu, le centre de compétences « Pigments » du ForemFormation1 s’est forgé une solide réputation en matière de peinture industrielle et de galvanoplastie2. Il est d’ailleurs le seul centre du genreagréé en Wallonie. De la monture de lunettes aux applications aéronautiques, rien ne lui échappe. Exception faite de la peinture en bâtiment et de la carrosserie.Depuis peu, il a ajouté une corde à son arc. En mars débute en effet une formation aux accents saisonniers3, pour un métier dangereux, en haute altitude :peintre pyloniste.

Originalité de cette formation : elle a été mise sur pied à la demande de trois entreprises wallonnes spécialisées dans la peinture industrielle : Rinaldi,(Ivoz-Ramet), Iris (Sombreffe) et Monnaie (Chapelle-lez-Herlaimont)4. La formation, d’une durée de douze semaines, s’adresse à vingt stagiaires. Outre les notions de base depeinture industrielle, la formation implique obligatoirement qu’ils puissent se familiariser à la hauteur, prendre connaissance de toutes les données relatives à lasécurité de leur métier, et toutes notions d’électricité relatives aux pylônes à haute tension.

« Les stagiaires devront être insensibles au vertige et avoir une bonne condition physique », souligne Etienne Loir, responsable pédagogique de la formation. Le peintrepyloniste devra notamment emmener avec lui, à des hauteurs impressionnantes (frôlant parfois les 180 mètres), près de 15 kilos de matériel, outillage et peinturecompris.

La formation se compose de trois modules : la prise de connaissance avec le métier (4 semaines), la spécialisation aux techniques de la peinture industrielle (4 semaines), laspécialisation à la peinture sur pylônes (4 semaines)5. En guise de prérequis, le stagiaire devra avoir connaissance du module “peintre anti-corrosion chantier”.Le programme prévoit la préparation de surfaces par brossage, grattage, piquetage, la préparation des produits d’application, l’application manuelle, la maîtrise desrisques électriques. En option, le stagiaire pourra suivre une initiation à l’informatique. La réussite d’un test de calcul et de français sera égalementnécessaire.

« Il faut en moyenne cinq années pour être performant dans le domaine, explique Damien de Dorlodot, administrateur de la société Monnaie sa, àChapelle-lez-Herlaimont. Notre entreprise emploie 100 personnes, dont 60 sont capables de grimper un pylône pour le peindre. C’est un métier difficile, où la volonté estprimordiale. Chez nous, on dit que même le diable n’en veut pas. Nous avons parmi nous des peintres pylonistes âgés de 58 ans. Il y a quatre ou cinq ans, on travaillait mêmesans harnais. Aujourd’hui les règles de sécurité ont changé. »

La formation implique d’ailleurs la réussite du brevet « sécurité électrique ». La santé des stagiaires sera également surveilléepuisque ceux-ci subiront une visite médicale pour détecter les éventuelles allergies relatives aux produits manipulés – et bien sûr une éventuelleprédisposition au vertige. L’emploi est garanti au bout de la formation. Dans le cas contraire, une équipe « force de vente » s’occupera du stagiaire jusqu’à six moisaprès la formation.

1. Forem Pigments – Jean-Claude Govers – Quai du Pont Canal, 5 à 7110 Strépy-Bracquegnies – tél. : 064 31 20 55 – fax : 064 31 20 85 – courriel : jeanclaude.govers@forem.be – site : http://www.centresdecompetence.be
2. Procédé de traitement des surfaces.
3. De mars à octobre.

4. Rinaldi sa – Parc Industriel d’Ivoz Ramet, 4 à 4400 Flémalle –
tél. : 04 337 58 00 – fax : 04 337 58 57 – courriel : rinaldi@scarlet.be
Iris group – Parc Industriel de Keumiée, rue de la Basse Sambre, 20 à 5140 Sombreffe – tél. : 071 81 54 44 – fax : 071 81 63 43 – courriel : info@iris.be
Monnaie sa, rue Sainte Catherine, 45 à 7160 Chapelle-lez-Herlaimont –
tél. : 064 46 02 60 – fax : 064 45 88 46
5. Le Forem a acquis 2 pylônes de 30 mètres pour les exercices pratiques.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)