Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Les sans-abri organisent des formations sur les droits au logement"

09-09-2002 Alter Échos n° 126

Au cours du week-end des 7 et 8 septembre, différentes organisations de défense des droits des sans-abri se sont réunies à Bruxelles en vue de l’échange debonnes pratiques. Il s’agissait d’un week-end de formation tourné sur «l’appropriation populaire» ýes droits et des lois en matière de logement. Concrètement,il s’agissait d’identifier les pratiques légales et illégales pour s’approprier un logement. Une cinquantaine de personnes ont participé aux échanges de vues. Lesorganisations présentes étaient : Solidarités nouvelles (Charleroi), Front commun SDF, Périféria (Brésil), Droit au logement (DAL) Nord-Pas de Calais(Lille), RASSADJ Nord-Pas de Calais (Lille), Juristes-Solidarités (Paris).
Les témoignages et échanges de vues ont permis, entre autres, de prendre connaissance des techniques du DAL. Cette association française se base sur une loi de«réquisition» de 1945 pour s’approprier des logements vides. Avant d’occuper un immeuble, le DAL contacte la police et le maire local pour leur faire part de leur intention deréquisitionner un bâtiment, ensuite ils procèdent à l’occupation. Ils ne rencontrent aucun problème par la suite. «Ces journées nous permettent de mieuxcomprendre ce que chacun fait pour se défendre, s’organiser», explique Jean Peteers du Front Commun SDF1. «Notre but est d’inscrire ces pratiques dans nosrevendications.»
Avec les années, les rencontres d’organisations de défense des sans-abri s’ouvrent de plus en plus à d’autres actions et à d’autres pays. Les débats ontégalement porté sur les pratiques d’appropriation populaire du droit dans le Sud, avec Périféria pour le Brésil (appropriation des terres) etJuristes-Solidarités (action dans le tiers-monde : Mali, Bénin, etc.). Cette dernière a également projeté une vidéo (Agir le droit) relatant desexpériences d’appropriation du droit et montrant des formations de parajuristes.
Les participants ont pu apprécier l’intérêt de ces échanges : ils comptent donc poursuivre des formations de ce type. «Il y a une volonté croissante des’appuyer sur les expériences des uns et des autres, souligne David Praille de Solidarités Nouvelles2. Au cours des échanges, on retrouvait des éléments decomparaison entre nos pratiques et celles de France et d’Afrique en ce qui concerne les expériences qui permettent aux personnes concernées d’être acteurs du droit.»
1 Front commun SDF, rue d’Aerschot 56 à 1030 Bruxelles, tél. : 0479 68 60 20, fax : 02 218 20 97.
2 Solidarités nouvelles, rue Léopold, 36 à 6000 Charleroi, tél. : 071 30 36 77, fax : 071 30 69 50.

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)