Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Les grandes villes wallonnes sortent du bois

Les neuf grandes villes wallonnes souhaitent mener une réflexion de fond sur ce qu’elles veulent faire ensemble, tout en intégrant les plus petites entités.

31-01-2010 Alter Échos n° 288

Ce 20 janvier, les neuf grandes villes wallonnes souhaitent mener une réflexion de fond sur ce qu’elles veulent faire ensemble, tout en intégrant les plus petites entités.

C’est Jacques Gobert, président de l’UVCW qui le dit : « Le gouvernement wallon a pour la première fois un ministre en charge des Villes (Paul Furlan (PS)), il estdonc important que celles-ci se positionnent. » Au cours d’une réunion organisée à l’UVCW, les bourgmestres de Charleroi, La Louvière, Liège, Mons,Mouscron, Namur, Verviers et Tournai (le mayeur de Seraing manquait à l’appel) ont donc débattu à propos des spécificités de leurs villes, mais aussi desthématiques qui les rapprochent : finances, police/incendie, dépenses sociales, énergie, environnement, logement. Si ce mouvement n’augure pas encore la mise en place d’unePolitique des grandes villes wallonnes, les enjeux d’une éventuelle régionalisation de la Politique des grandes villes ont néanmoins été abordés.« L’UVCW n’est pas vraiment demandeuse d’une régionalisation, déclare Jacques Gobert. Mais il faut en discuter de manière à avoir des réponses opportunessi le débat devait un jour arriver sur la table. La Politique fédérale des grandes villes permet une grande souplesse au niveau de son fonctionnement. Dans l’hypothèsed’une régionalisation, c’est une caractéristique à conserver. Il faudra aussi un transfert de moyens, car sans ça, il n’est pas sûr que la Région puisse s’entirer. » Sur ce point, la position de l’UVCW n’a pas changé d’un iota par rapport à celle exprimée en octobre 2008 (voir Alter Échos nº 260).

Deux chantiers de travail

Plus globalement, il est à noter qu’une réflexion sur le long terme sera amorcée par l’UVCW le 21 mai 2010 lors d’une assemblée générale qui aura lasupracommunalité et les bassins de vie comme thème. Point important : si le travail se fera tout d’abord en tenant compte des réalités des grandes villes, les plus petitescommunes seront également consultées, notamment par le biais des réseaux « classiques » de consultation de l’UVCW.

Rayon thématiques, deux chantiers de travail porteront sur le développement territorial et la fiscalité. Au programme : une réflexion sur la communauté descommunes (coopération entre communes basée sur les bassins de vie), la refonte du précompte immobilier, l’architecture des taxes locales et plus globalement le problème dela diminution des recettes. Un dernier point qui semble crucial et qui « lie » les deux chantiers. « Quand on a une ville qui offre de l’attractivité et desservices à toute une couronne [NDLR qui ne ne paie pas forcément de taxes à cet effet], comment peut-on rééquilibrer la fiscalité ? », s’interrogeJacques Gobert.

Ce problème de financement et de « poids » financier porté par les villes de par leur attractivité a d’ailleurs poussé l’UVCW àémettre un cri d’alarme dans un communiqué de presse publié juste après la réunion et dans lequel elle déclare : « La relance économique sefera par les villes et communes. Il est donc essentiel que les villes disposent de moyens pour investir dans les infrastructures et les services rendus à leurs citadins comme aux citoyens del’hinterland au sein duquel les villes sont un pôle d’attractivité. » Avant de « s’attaquer » au fédéral en affirmant quecelui-ci « (…) méprise les bourgmestres et n’est absolument pas attentif aux réalités locales » et que « les transferts de charges dufédéral vers les municipalités sont inadmissibles dans un État démocratique. Les dossiers “police” et “incendie” prouvent à suffisance le manqued’attention flagrant dont l’État fédéral fait preuve vis-à-vis des villes et communes et les dérives de communalisation (et donc derégionalisation larvée) de bon nombre de problématiques. »

Il est à noter, pour conclure, que, à la suite de la réflexion entamée en mai 2010, l’UVCW publiera un mémorandum dans lequel elle fera une série depropositions. Ce document devrait néanmoins mettre un certain temps avant d’être publié (on parle d’un an ou deux), le chantier étant présenté comme« de législature ».

1. Union des villes et communes de Wallonie (UVCW) :
– adresse : rue de l’Étoile, 14 à 5000 Namur
– tél.  : 081 24 06 11
– courriel : commune@uvcw.be
– site : www.uvcw.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)