Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Les fonctions critiques du marché de l'emploi à Bruxelles d'après les données de l'Orbem et de l'Upe"

26-02-2001 Alter Échos n° 92

Avec l’embellie conjoncturelle, on parle un peu plus chaque mois de pénuries de main-d’œuvre et de qualifications. Les travaux qui tentent d’objectiver les choses se multiplient. Le 21février, sous le titre “Analyse des fonctions critiques”, a été publiée une première étude spécifique au marché de la Régionbruxelloise. Elle a été réalisée par l’Observatoire bruxellois du marché du travail et des qualifications (Orbem)1 en collaboration avec l’Upedi, laFédération des entreprises de travail intérimaire.
Le rapport, réalisé sur des chiffres de 99, se présente en deux parties. La première est réalisée par l’Observatoire sur la base des offres d’emploidisponibles à l’Orbem. Un indicateur est construit pour tenir compte de la manière dont ces offres sont pourvues, qui permet de définir 78 fonctions critiques. Originalité : les professions du non-marchand y figurent au même titre que les autres, en particulier du fait que toutes les offres liées aux Plans de résorption du chômage transitentpar l’Orbem. On met ainsi le doigt sur le manque de profs du secondaire inférieur, d’assistants sociaux et d’infirmières et aides-soignantes. Le facteur de pénuries qui a surtoutété analysé est celui du bilinguisme, qui n’est pas rencontré par les candidats dans 52,6 % des offres critiques.
Autres constats à retenir. Une étonnante proportion de postes difficiles à pourvoir pour des diplômés du supérieur non universitaire, ainsi que de nombreusesoffres à durée indéterminée.
L’autre partie reprend les résultats du sondage effectué tous les ans par l’Upedi auprès des consultants en intérim.
Certes, les chiffres datent d’il y a deux ans, les méthodologies et les nomenclatures sont très différentes, et surtout les offres “régulières” traitées parl’Orbem et la demande de travail intérimaire ne représentent pas les mêmes segments de la demande de travail, mais des convergences apparaissent. Se retrouvent ainsipointés des métiers comme mécanicien camion/auto, électronicien, chauffeur, secrétaire de direction, comptable, informaticien ou téléphoniste.L’analyse des facteurs reste très sommaire.
1 Bd Anspach 65 à 1000 Bruxelles, tél. : 02 506 14 11, fax : 02 511 30 52.

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)