Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Les apprentis des classes moyennes auront accès aux diplômes de secondaire

Petite révolution en préparation dans les relations entre le monde de la formation et l’enseignement qualifiant : les apprentis de l’IFAPME (Institut de la formation enalternance des PME) en Wallonie et de l’EFPME (Espace formation des PME) à Bruxelles auront bientôt accès au CESS (Certificat d’enseignement secondaire supérieur).Mais à certaines conditions.

19-09-2006 Alter Échos n° 215

Petite révolution en préparation dans les relations entre le monde de la formation et l’enseignement qualifiant : les apprentis de l’IFAPME (Institut de la formation enalternance des PME) en Wallonie et de l’EFPME (Espace formation des PME) à Bruxelles auront bientôt accès au CESS (Certificat d’enseignement secondaire supérieur).Mais à certaines conditions.

Jusqu’à présent, l’enseignement s’était toujours refusé à ce qu’une formation ne relevant pas d’un service qui se trouve dans songiron puisse donner accès à des titres scolaires, arguant que la formation générale des classes moyennes est trop faible. Les jeunes qui suivent une formation enalternance organisée par l’IFAPME ou l’EFPME ne peuvent prétendre qu’à un Certificat d’apprentissage.

Le gouvernement conjoint de la Région wallonne et de la Communauté française du 7 septembre dernier a fait sauter ce verrou par l’intermédiaire del’enseignement de promotion sociale (EPS). Explications. Le Certificat d’apprentissage n’est pas « un diplôme équivalent à celui que les jeunes issus del’enseignement technique ou professionnel reçoivent : le Certificat de qualification de 6e année technique ou professionnelle (le CQ6) », explique Marie Arena,ministre de l’Enseignement et de la Formation professionnelle. Et donc, les apprentis « ne peuvent pas suivre dans l’enseignement de Promotion sociale le module de formation «complément CESS » dont la réussite permet d’obtenir ce diplôme ».

C’est pour la ministre une « inégalité » qui a aussi ses conséquences sur le marché de l’emploi. Les jeunes diplômés des classesmoyennes « ne peuvent pas accéder à des emplois – correspondant à leur niveau réel de formation – dans les administrations publiquesfédérales, régionales ou locales ». Et « ils ne peuvent pas non plus suivre des formations qui demandent à l’entrée le CESS ».

En 2006-2007, des collaborations seront expérimentées entre l’EPS et certains centres du réseau de l’IFAPME et du SFPME “en vue de mettre en place lesprocédures et moyens pour permettre aux jeunes apprentis » :
• d’obtenir le Certificat de qualification dénommé CQ6 ;
• d’avoir la possibilité de suivre le module de formation « Complément CESS » complémentaire à ce CQ6 pour obtenir le Certificat del’enseignement secondaire supérieur.”

Le dispositif devrait être généralisé à l’ensemble des centres de l’IFAPME et de l’EFPME à partir de 2007-2008.

Donat Carlier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)