Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Les agents d’insertion doivent-ils changer de métier ?

L’insertion sociale et professionnelle était au centre du colloque signant les 10 ans du Cerisis1, le 18 octobre dernier, à Charleroi. Angle d’attaqueprivilégié : celui de la psycho-sociologie. Pour éradiquer les discriminations à l’embauche des personnes en situation précaire, il faut inverser la vapeur.Transformer les agents d’insertion en intermédiaires entre recruteurs et demandeurs d’emploi fragilisés. Et investir dans des dispositifs d’accompagnement desentrepreneurs.

28-10-2005 Alter Échos n° 196

L’insertion sociale et professionnelle était au centre du colloque signant les 10 ans du Cerisis1, le 18 octobre dernier, à Charleroi. Angle d’attaqueprivilégié : celui de la psycho-sociologie. Pour éradiquer les discriminations à l’embauche des personnes en situation précaire, il faut inverser la vapeur.Transformer les agents d’insertion en intermédiaires entre recruteurs et demandeurs d’emploi fragilisés. Et investir dans des dispositifs d’accompagnement desentrepreneurs.

L’individualisation du traitement du chômage sur un boulevard

Pour Denis Castra, professeur à Bordeaux 2, qui a longuement étudié la situation française, l’exclusion sociale, en tant que système, trouve unéquilibre dans le « consensus excluant » qui touche l’un de ses acteurs. En l’occurrence les bénéficiaires de l’aide sociale,considérés a priori comme non employables.

Les politiques publiques renforcent cet a priori, en centrant leurs dispositifs d’insertion sur les individus. En cas d’échec de la réinsertion, ce qui estfréquent, la responsabilité ne peut qu’en être attribuée au « client ».

Les employeurs, de leur côté, « psychologisent » aussi la question de l’emploi. Une enquête menée sur la base de l’enregistrementd’entretiens d’embauche pour des fonctions peu qualifiées le montre : les recruteurs insistent sur des questions relatives à la personne (75 % de leurs propos) plutôtqu’aux compétences. Leur sélection est alors fondée sur des marqueurs sociaux et culturels extraprofessionnels, souvent perçus comme négatifs pour despersonnes en situation précaire. Ce qui se traduit par de la discrimination à l’embauche.

Les agents d’insertion aussi reproduisent, souvent, le « consensus excluant ». Leur conception de leur mission est quasi thérapeutique et insiste sur les causes internes,propres à la personne. Par cohérence avec l’idéologie néolibérale selon laquelle les échecs relèvent de la responsabilité individuelled’abord. Par effets de posture, ensuite : puisque l’agent d’insertion occupe une fonction d’aide, c’est bien que son « client » est fragile ; puisque le monde dutravail « privé » paraît si lointain à l’agent d’insertion, il sera a fortiori inaccessible à ses clients…

Quadrature du cercle … vicieux de la précarisation

Les représentations sont extrêmement difficiles à modifier, s’accordent Castra et Bourguignon (chercheur au Cerisis). Tant celles des agents d’insertion et desrecruteurs (Castra), que celles des personnes en situation précaire et demandeuses d’emploi, au cœur de l’étude de Bourguignon et Herman (responsable de projet auCerisis). Selon ces derniers, la (piètre) estime de soi de nombreux demandeurs d’emploi est au centre d’une vision du monde du travail perçue comme totalementimperméable à leurs efforts. Mais, ajoute Vincent Yzerbyt, professeur en psychologie sociale à l’UCL, c’est d’abord le changement de position sociale ouinstitutionnelle qui modifie les représentations que l’on a du monde, rarement l’inverse. Or, pour augmenter ses chances de décrocher un emploi, il faudrait avoir unemeilleure estime de soi… La quadrature du cercle !

Inverser le sens giratoire

Peu importe : puisque les représentations sont si rigides, changeons les comportements. C’est, en substance, ce que proposent Castra, Bourguignon et Herman. Pour cettedernière, « on a investi suffisamment d’argent dans des dispositifs d’accompagnement des chômeurs, captifs des stigmatisations dont ils sont victimes. Il est tempsd’investir aussi de l’autre côté de la barrière, pour accompagner et aider les entrepreneurs à embaucher des personnes fragilisées. » C’estce qu’a expérimenté Denis Castra en France, avec les entretiens de mise en relation (EMR) : un seul candidat à la fois, reçu sur le poste de travail, enprésence de l’agent d’insertion qui, en outre, assure un suivi a posteriori. Après deux ans d’expériences, l’EMR semble accepté par 75 % desemployeurs contactés, et 70 % des candidats sont stabilisés dans leur emploi !

Ce modèle esquisse une redéfinition de la mission et de la fonction des agents d’insertion. Toujours selon Castra, ils doivent laisser l’accompagnement psychologique auxservices ad hoc et se concentrer désormais sur les dimensions strictement professionnelles. Abandonnant le tutorat, trop stigmatisant, ils pénètrent le monde del’entreprise et y entretiennent de véritables réseaux. De la sorte, ils sont en mesure d’offrir un véritable choix aux candidats entre plusieurs postes de travail ;tant les chances de stabilisation dans un emploi dépendent du degré de liberté, donc de la possibilité de choisir.

A défaut de réduire les chiffres du chômage, qui dépend surtout de la création d’activités, on peut espérer que ce changement d’optiqueréduise le nombre de « précaires » perpétuels.

(1) Centre de recherche interdisciplinaire pour la solidarité et l’innovation sociale – site du Cerisis

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)