Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Élections : le souffle du peuple

Le tirage au sort : une solution face à la crise de nos démocraties représentatives ?

Euh… pardon?! Vous me proposez «une démocratie gouvernée par des citoyens tirés au sort»? Si l’idée peut sembler aberrante, elle parcourt pourtant le monde depuis une quinzaine d’années. On la teste, on la cherche. Le parlement de la Communauté germanophone a même voté à l’unanimité l’institutionnalisation d’un modèle de ce type. Pourquoi? Comment? Retour sur la naissance et l’évolution d’un concept de plus en plus populaire en Belgique.

© Mathieu Van Assche

Euh… pardon?! Vous me proposez «une démocratie gouvernée par des citoyens tirés au sort»? Si l’idée peut sembler aberrante, elle parcourt pourtant le monde depuis une quinzaine d’années. On la teste, on la cherche. Le parlement de la Communauté germanophone a même voté à l’unanimité l’institutionnalisation d’un modèle de ce type. Pourquoi? Comment? Retour sur la naissance et l’évolution d’un concept de plus en plus populaire en Belgique.

«Quand, à l’âge de 30 ans, alors que tu as à peine voté trois ou quatre fois dans ta vie, tu as déjà perdu tout espoir dans la politique, tu en conclus qu’il y a une vraie crise de représentativité de nos démocraties…», confie Gautier Slonina, un des membres actifs d’Agora, un mouvement qui promeut le tirage au sort.

Les gilets jaunes, les manifestations pour le climat, l’échec du Brexit, l’élection de populistes tels que Donald Trump ou Jair Bolsonaro, la «chute» du gouvernement fédéral belge, le gouvernement minoritaire wallon, la fragilisation des gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région de Bruxelles-Capitale suite aux va-et-vient du cdH en juin 2017… tous ces événements mènent à un constat qu’on aurait tort d’ignorer: nos démocraties représentatives s’essoufflent. Face à elles, le peuple se réveille, réclame, revendique sa part de pouvoir.
Une «fatigue démocratique»
David Van Reybrouck, dans son essai Contre...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alix Dehin

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)