Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Le squat vu par le propriétaire

En février dernier, une proposition de loi incriminant le squat d’immeubles et étendant l’incrimination à la violation de domicile étaitdéposée à la Chambre. Le Syndicat national des propriétaires s’est positionné par rapport à ce texte par la voix de Yan Matthys, président de lasection de Charleroi1. Il applaudit l’initiative. Pour lui, il faut lutter contre le phénomène du squat des immeubles, qui ne cesse de s’étendre.

28-07-2005 Alter Échos n° 144

En février dernier, une proposition de loi incriminant le squat d’immeubles et étendant l’incrimination à la violation de domicile étaitdéposée à la Chambre. Le Syndicat national des propriétaires s’est positionné par rapport à ce texte par la voix de Yan Matthys, président de lasection de Charleroi1. Il applaudit l’initiative. Pour lui, il faut lutter contre le phénomène du squat des immeubles, qui ne cesse de s’étendre.

Selon le SNP, les propriétaires légitimes ont de plus en plus de difficultés à déloger les squatters. De plus, le principe de l’inviolabilité dudomicile peut être retourné par les occupants illégitimes contre le propriétaire. Le SNP déplore aussi les dégâts occasionnés par les squatters,sans compter les « nuisances sociales » (troubles de voisinage, agressions…).

Yan Matthys en profite pour livrer la position du SNP concernant l’inoccupation d’immeubles :

> « Le “gel” d’immeubles pour des raisons purement spéculatives n’est pas justifiable » ;

> « Cela n’autorise pas des particuliers à s’ériger en juges et à s’approprier ces immeubles. Des mesures – voire des sanctions –spécifiques doivent être prises par les pouvoirs publics pour remédier au phénomène » ;

> « L’inoccupation des immeubles pour des raisons économiques doit également recevoir des solutions appropriées. On pense notamment aux nombreux logementssociaux qui restent inoccupés faute de moyens pour les restaurer » ;

> « Toute initiative faisant l’objet d’un accord entre propriétaire et occupant d’un bien peut être encouragée », telle l’occupationprécaire ;

> « Le SNP attire […] l’attention sur le fait que le phénomène des immeubles inoccupés est en partie la conséquence de mesuresdécourageantes pour les propriétaires bailleurs. »

Comme alternatives au squat, le SNP suggère d’attribuer un chèque logement aux personnes en difficulté. Face aux arriérés de loyers et au surendettement,il prône l’accompagnement social. « Dans les cas extrêmes, il devrait être possible de “saisir”, une partie de leurs revenus afin d’assurer le paiementde leur loyer avant toute autre chose. C’est d’ailleurs une proposition lancée par les responsables de logements sociaux eux-mêmes, qui sont confrontés àl’arriéré locatif au même titre que les propriétaires privés. Cette proposition (bien comprise et bien modalisée) est soutenue par des associationsreprésentatives des intérêts des locataires. »

1. Le Cri, organe du Syndicat des propriétaires, mai 2003 – SNP, rue du Lombard 76 à 1000 Bruxelles, tél. : 02 512 62 87.

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)