Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Le Fonds du logement des familles nombreuses de Wallonie : bilan après 20 ans et questions pour l'av"

05-06-2001 Alter Échos n° 99

Lors de la conférence de presse de ce 28 mai à Charleroi, le Conseil d’administration du Fonds du Logement des familles nombreuses de Wallonie présentait les rapportsannuels de l’exercice 2000. Les administrateurs ont rappelé que, si le projet vit le jour en 1929 à l’initiative de la Ligue des Familles, le Fonds fête cetteannée ses vingt printemps, à la suite de la régionalisation de cette matière en 1980. L’occasion de se pencher sur les missions de ce Fonds et sur sesactivités.
Bilan après 20 ans
Le Fonds du logement offre deux types de services aux familles à revenus modestes comptant trois enfants au moins : le prêt hypothécaire à taux réduit, d’unepart, et l’aide locative, d’autre part. Projet innovant lancé il y a presque vingt ans, l’aide locative, via le rachat et la rénovation de logements, permet nonseulement à des familles nombreuses précarisées de sortir du cercle vicieux des logements insalubres et des expulsions mais aussi de maintenir une certaine dynamique derénovation des logements dans les centres urbains.
En vingt ans, le Fonds a accordé 24.025 prêts, dont 5.124 à des familles d’origine étrangère portant sur un total de 50 milliards, ce qui représente untotal de 128.000 personnes dont 82.000 enfants. En 2000, le Fonds a accordé 1.298 prêts pour un montant de 3,878 milliards et 273 millions en opérations d’aide locative eten Zones d’initiatives privilégiées (ZIP), soit un total de 4,151 milliards et une augmentation de pratiquement 20 % par rapport à l’année 1999. Au niveau del’âge des emprunteurs, on note un certain vieillissement puisque, en 1981, la tranche d’âge des moins de 30 ans à 35 ans représentait 55 %, alors qu’en 2000elle ne représente plus que 35 %. En 2000, la majorité des prêts étaient alloués à la tranche des 36 à 40 ans (36 %) et 19,59 % des prêts àla tranche des 41 à 45 ans. Au niveau de la répartition par catégorie professionnelle, les choses restent relativement stables : 61,23 % d’ouvriers, 25,98%d’employés, 2,7 % de militaires, 4,51 % d’indépendants et 5,57 % sans profession.
En outre, le Fonds fait remarquer que 85 % des prêts couvrent des travaux sur le bâti et sa rénovation, et affirme par là sa contribution à l’améliorationdu parc immobilier résidentiel wallon.
L’intervention de la Région wallonne s’élève à 973 millions de dotation en capital qui couvre une partie des charges en intérêt des 5,185milliards d’investissements globaux, chaque franc accordé étant multiplié par 5,33.
Le Fonds met l’accent sur l’intervention socio-technique fournie auprès des futurs emprunteurs afin de réaliser des montages financiers qui tiennent la route sur le longterme pour les familles. On y apprécie bien sûr la capacité à rembourser mais en tenant compte de critères différents des critères au niveau prêtclassique. Et les contentieux restent limités et sous la moyenne des prêteurs classiques.
Interrogations sur la réforme du crédit social
Mais l’année 2000 se solde aussi avec un questionnement dû à la réforme du crédit social lancée par le ministre wallon du Logement, Michel Daerden (cf.dépêche suivante), qui organise le regroupement de l’action de crédit social via une société faîtière qui chapeautera un certain nombres de”guichets” offrant différents types de prêt : la Société wallonne de crédit social. Dans les négociations qui ont cours, le Fonds tient àdéfendre la spécificité de son travail en partenariat avec le monde associatif, principalement la Ligue des familles, association la plus importante de Belgique (100.000membres). Elle défend également sa pratique facilitant l’accès au logement et à la propriété pour des personnes précarisées. Enfin, le CAconclut sur le caractère indissociable du prêt et de l’aide locative.
1 Fonds du Logement des familles nombreuses de Wallonie, rue de Brabant 1 à 6000 Charleroi, tél. : 071 20 77 11, fax : 071 20 77 56, e-mail : fonds.log.wal@infonie.be

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)