Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Rond-point Schuman

Le Fonds de transition juste ravive les tensions régionales en Belgique

Grâce au nouveau Fonds de transition juste, la Commission européenne est déterminée à atténuer l’impact socio-économique de la « transition verte » D’ici à 2027, la Belgique peut prétendre à 0,9% du Fonds seulement, qu’elle ne pourra pas dépenser comme elle l’entend. Déjà, certaines provinces essayent de tirer la couverture à elles. 

Grâce au nouveau Fonds de transition juste, la Commission européenne est déterminée à atténuer l’impact socio-économique de la «transition verte» dans les régions et les secteurs européens les plus touchés du fait de leur dépendance aux combustibles fossiles ou à des activités industrielles très gourmandes en énergie. D’ici à 2027, la Belgique peut prétendre à 0,9% du fonds seulement, soit 68 millions d’euros. Qu’elle ne pourra pas dépenser exactement comme elle l’entend. Déjà, certaines provinces essayent de tirer la couverture à elles.
Avant même d’entrer en fonction, Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne, avait annoncé sa volonté d’instaurer une nouvelle cagnotte supposée aider toutes les régions d’Europe à se lancer vraiment dans la transition verte. L’outil choisi? Un «Fonds de transition juste», rapidement rebaptisé «FTJ» dans les arcanes des institutions bruxelloises. Il faut dire que rarement un fonds européen avait autant fait parler de lui. Le FTJ, pour sa part, a instantanément fait l’objet de vives attentes, mais aussi de beaucoup de spéculations – qui sont toujours de mise. En Belgique, le dispositif s’est récemment attiré les foudres de la ministre flamande de l’Environnement, Zuhal Demir (N-VA), qui le juge trop défavorable à la Flandre, au bénéfice, notamment, de la province de Hainaut. Dans la foulée, le ministre fédéral Deni...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Céline Schoen

Céline Schoen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)